Chauffage au bois : l'État va faire la chasse aux particules fines

Actu - Après le fioul et le gaz, le chauffage au bois se retrouve aussi dans le collimateur de l'exécutif ! Par l'intermédiaire du ministère de la Transition écologique, le Gouvernement a présenté fin juillet son "plan d'action" destiné à rendre le chauffage au bois domestique plus respectueux de la planète, mais aussi plus performant. Avec un objectif clair : accélérer le remplacement des poêles à bois vétustes et vieilles cheminées et réduire de 50 % les émissions de particules fines d'ici 2030. Détails.


Vous souhaitez remplacer votre cheminée à foyer ouvert par un poêle à granulés ? Profitez des conseils et de l'expertise d'un professionnel !


En parallèle de la nouvelle norme environnementale RE 2020, qui a vocation à rendre les prochaines constructions neuves plus respectueuses de l’environnement depuis son entrée en vigueur au 1er janvier 2022, le Gouvernement planche aussi sur un "plan d'action", nommé "Chauffage au bois domestique performant". Réparti en 6 grands axes, ce dernier, consultable sur le site du ministère de la Transition écologique, a été présenté à la mi-avril 2021. Instauré dans le cadre de la loi Climat et résilience, il a officiellement été dévoilé fin juillet.

Aujourd'hui, un Français sur quatre utilise du bois pour se chauffer. Même s'il n'émet pas de CO2 contribuant au changement climatique, le chauffage au bois domestique reste "le premier émetteur de particules fines en France", qui sont classées cancérogènes pour l'homme.

👉
À noter :
Selon une étude menée entre 2016 et 2019 par Santé Publique France, 40.000 personnes meurent prématurément chaque année, en France, du fait d'une exposition aux particules fines. En effet, cette pollution de l'air inhalée au quotidien peut avoir de graves conséquences sur la santé de la population, à court et long terme : asthme, maladies cardiovasculaires et respiratoires, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux (AVC), cancers du poumon...

Sensibiliser le grand public

De ce fait, l'exécutif entend bien passer la seconde et encourage les particuliers à remplacer leur vieux poêle à bois ou cheminée vétuste par un équipement plus moderne et écologique (poêle à bûches ou à granulés, insert bois, foyer fermé...). 

Le Gouvernement espère ainsi "développer un chauffage au bois domestique plus performant et réduire de 50 % la pollution atmosphérique d'ici 2030, dans les territoires les plus pollués et disposant d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA)". Et ce, même si l'usage du bois est "une source d'énergie renouvelable, économique et neutre en carbone", souligne le ministère de la Transition écologique.

Pour ce faire, les pouvoirs publics entendent "sensibiliser le grand public à l'impact sur la qualité de l'air d'un chauffage au bois avec des appareils peu performants ou un combustible de mauvaise qualité". Pour aller dans ce sens, le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE), mis en place depuis juillet 2021, intègre désormais des recommandations concernant la vétusté des appareils de chauffage au bois. Par ailleurs, le ministère de la Transition écologique prévoit de "mener une campagne de communication annuelle et nationale, avant chaque période de chauffe, au mois d'octobre".

Promouvoir l'utilisation de combustibles de qualité

Pas question, donc, d'abandonner ce mode de chauffage ! En revanche, l'État préconise d'utiliser "des appareils récents, correctement dimensionnés et bien entretenus". Le tout, en adoptant les bonnes pratiques à l'usage. À savoir : privilégier "une méthode d'allumage par le haut, éviter une allure de fonctionnement ralentie et s'assurer que l'apport d'air est suffisant", énumère le ministère de la Transition écologique, dans un communiqué de presse, publié le 23 juillet 2021.

En outre, l'exécutif souhaite sensibiliser les adeptes du bois à l'utilisation de combustibles (granulés, pellets...) de qualité (du bois avec un faible taux d'humidité, peu d'écorce et issu de forêts gérées durablement) en créant un label commun et en développant le marché "formel" de la bûche. L'objectif fixé par l'État est qu'il représente, d'ici 2030, 40 % de la consommation annuelle en France, contre 20 % aujourd'hui. À titre d'exemple, "une combustion de mauvaise qualité ou dans de mauvaises conditions peut émettre jusqu'à 10 fois plus de particules fines", rappelle Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

Un renforcement des aides et dispositifs d'accompagnement

Pour aller dans ce sens, le Gouvernement va "renforcer et simplifier les dispositifs d’accompagnement" pour permettre à ces appareils polluants et vétustes de disparaître peu à peu du paysage. Ainsi, ce ne sont pas moins de 600.000 appareils non performants qui seront remplacés d’ici 2025 grâce aux aides à la rénovation énergétique des logements (MaPrimeRenov’, prime énergie...) et au fonds air bois, coordonné par les collectivités territoriales et l’Agence de la transition écologique (Ademe). 

Les ramonages, rendus obligatoires une fois par an, seront l'occasion pour les professionnels de "rappeler les subventions disponibles pour remplacer un appareil peu performant et fortement émetteur de particules fines", note l'exécutif. "Ces aides peuvent atteindre jusqu'à 90 % du coût d'un nouvel équipement pour les ménages les plus modestes", précise le communiqué de presse.

📌
Prolongez votre lecture autour de cet article :
Rénovation énergétique : le nouveau service France Rénov' dévoilé

😉 Le Conseil Habitatpresto : confiez vos travaux à un professionnel RGE !

Vous envisagez de changer de mode de chauffage ou de remplacer votre vieille cheminée ou votre poêle à bois vieillissant par un appareil plus performant et plus respectueux de l'environnement ? Si vous souhaitez bénéficier d'aides de l'État pour vos travaux de rénovation énergétique et ainsi amortir le coût de votre investissement, il vous faudra obligatoirement faire appel à un professionnel RGE.


Seul un professionnel RGE vous permettra de bénéficier des aides financières de l'État pour vos travaux !


Références :

Chaudière Chauffage Part Poêles et cheminées
Adrien Maridet

Adrien Maridet

Rédacteur web Habitatpresto

Adrien, rédacteur web pour Habitatpresto. Fort de mon expérience de journaliste (un métier “passion” que j’ai eu la chance d’exercer pendant six ans), j’aime rechercher, recueillir, recouper et vulgariser l’information sur des sujets divers et variés. J’espère vous aider à travers mes conseils ou bons plans à trouver des réponses à vos questionnements autour de votre ou vos projets à venir.

Quel chauffage choisir pour une rénovation ? Tous nos conseils

Vous rénovez une ancienne maison et vous vous demandez quel chauffage installer ? Découvrez quel système de chauffage privilégier dans le cadre d'une...

Lire la suite

Chaudière biomasse : tout savoir pour mieux se chauffer

Hautement performante, écologique et économique sur le long terme, une chaudière biomasse coûte en moyenne entre 3.500 et 24.000 € (hors pose).

Lire la suite

Quel type de chauffage est le plus économique en 2022 ?

Vous voulez savoir quel type de chauffage est le plus économique ? Lisez notre article pour savoir lequel sera le plus adapté à vos maison et budget.

Lire la suite

Poêle à bois qui sent la fumée : comment stopper les odeurs ?

Vous craignez les odeurs de fumée de votre poêle à bois ? Pas de panique, des solutions simples et rapides existent !

Lire la suite

Quel type de chauffage choisir en 2022 ?

Vous envisagez des travaux pour améliorer votre confort thermique et mieux vous chauffer ? Découvrez le type de chauffage à privilégier en 2022 !

Lire la suite
 

Confidentialité