Absentéisme : le BTP mauvais élève

Le 29/11/2017
BTP : mauvais élève de l'absentéisme

Selon une étude commandée par Malakoff Médéric et réalisée par l'Ifop sur la période 2016, les employés du BTP font partie des mauvais élèves en terme d'absentéisme. Même si une étude ne peut pas à elle seule qualifier un secteur entier, des conclusions peuvent être tirées. Les arrêts de travail touchent-ils plus certains types de salariés ? L'âge entre-il en compte ? Les causes récurrentes d'arrêt sont-elles identifiées ? Faisons le point !


Davantage d'absentéisme dans le BTP que dans tous secteurs confondus

Selon l'étude réalisée par l'Ifop (Institut Français d'Opinion Publique), près de 39 % des salariés du BTP ont pris au moins un arrêt maladie en 2016, contre 34.1 % dans tous secteurs confondus. L'industrie est aussi à la peine et talonne le monde du bâtiment.

Les causes principales de ces arrêts de travail dans le secteur BTP sont les suivantes :

  • 29 % - maladie de courte durée
  • 18 % - troubles musculo-squelettiques
  • 17 % - fatigue intense
  • 11 % - accidents sur chantiers avec des traumatismes

👷 29 % des arrêts de travail sont liés aux troubles musculo-squelettiques et aux accidents de chantier. L'accent doit être mis sur la prévention et les bonnes pratiques.


Le port d'EPI (Equipement de Protection Individuel), le respect et l'application des règles de sécurité sur un chantier et les bons gestes pour déplacer des charges lourdes doivent figurer parmi les axes d'amélioration prioritaires.


Absentéisme dans le BTP : des disparités selon le poste occupé et l'âge

L'autre grand enseignement à tirer de cette étude, c'est que le pourcentage d'arrêts maladie, mais aussi leurs durées augmentent significativement selon que vous soyez ouvrier ou cadre, trentenaire ou en fin de carrière.

Les ouvriers présents sur les chantiers sont en première ligne avec un taux d'absentéisme à 40.7 %, contre 28 % pour les cadres.

Sans avancer de chiffres, il est aussi indiqué que les arrêts sont plus fréquents et plus longs lorsque la cinquantaine arrive.

Notez également qu'il y a toujours 20 % d'irréductibles qui ne prennent jamais leur arrêt maladie, même s'il est prescrit par le médecin. Les causes principales de ce refus sont la crainte d'une surcharge de travail ou la perte d'une part importante de salaire


💊 Plus l'entreprise compte de salariés, plus la fréquence des arrêts augmente et inversement.


Ces phénomènes surviennent surtout dans les petites structures telles que les micro-entreprises, lorsque l'artisan est à son compte. Ils craignent sans doute aussi de ne pas savoir gérer l'insatisfaction client à cause des retards.


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés