Projet de loi de Finances 2020 : le BTP ne décolère pas

Par Aurélia Ribeiro, publié le 02/10/2019

Présenté vendredi 27 septembre en Conseil des ministres, le projet loi de finances 2020 (PLF) suscite de nouveau la colère des représentants de la filière du BTP. Entre la suppression de l’APL accession, la suppression du Prêt à Taux Zéro, la transformation du CITE en prime, la grogne monte chez les professionnels du bâtiment ! Leurs réactions en détails.


N'attendez plus pour développer votre activité !

Décrochez dès maintenant de nouvelles offres dans votre région


Baisse du budget pour le logement : les représentants du bâtiment réagissent


Les professionnels de la filière ne décolèrent pas. Le projet loi de finances 2020 n’est, encore une fois, pas en faveur du logement et de la construction. Pour eux, le PLF tire son budget dans ces secteurs avec plusieurs constatations :

  • La suppression de l’APL accession dès l’année prochaine,

  • La transformation du CITE en prime, qui diminue drastiquement les aides proposées pour les pompes à chaleur (de 50 % en maison individuelle).

  • Et principalement, la confirmation de la suppression du PTZ en zones détendues B2 et C à compter du 1er janvier 2020, qui a suscité de nombreuses réactions :


📌
« La suppression du PTZ en zones B2 et C et de l'APL accession, actée dans le projet de loi de finances pour 2020, est un coup porté aux ménages français et au secteur du logement »,
a publié Henry Buzy-Cazaux, président de l'IMSI, spécialisé dans la formation aux métiers de l'immobilier, et ancien délégué général de la Fnaim sur son compte Twitter.


📌
« Malgré les promesses devant les parlementaires l'année dernière, on annonce la fin du PTZ en zone rurale et péri-urbaine dans le PLF, tout en ponctionnant le 1% qui finance le logement social, de 500 millions d'euros. Pas d'incohérence ?? »,
a également posté Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment.


📌
« La disparition du PTZ neuf en zones B2 et C, qui ne représente qu'une économie budgétaire de 31,2 millions d'euros, contraindra 12.000 ménages à renoncer à leur parcours résidentiel, menacera près de 19.000 emplois directs et indirects et privera l'Etat de 400 millions d'euros de recettes fiscales »,
 a exprimé Grégory Monod, président de LCA-FFB (Les Constructeurs, Promoteurs et Aménageurs de la FFB).


Le président de la FFB recommande donc aux professionnels et représentants du secteur de rencontrer leurs parlementaires pour « leur proposer les indispensables mesures correctives pour sauvegarder l'emploi.»


👷 Le Conseil du Pro : suivez l’actualité sur nos réseaux sociaux !


Envie de rester informé de toute l’actualité du BTP ? N’attendez plus pour nous rejoindre sur notre page Facebook Habitatpresto !


A la recherche de clients ? Habitatpresto Pro vous propose régulièrement des chantiers rentables !

De nouveaux chantiers vous attendent, inscrivez-vous vite


Références :

  1. Christine Lejoux," Bâtiment et logement accueillent fraîchement le PLF 2020", Bati Actu, le 27 septembre 2019
  2. Florent Lacas, "La filière Pac vent debout contre la nouvelle version du CITE", Bati Actu, le 27 septembres 2019

Dans la même rubrique

Derniers articles publiés