Prime exceptionnelle : difficile à appliquer dans le BTP

Par Aurélia Ribeiro, publié le 21/12/2018

Actu – En réponse à la crise « gilets jaunes » qui bloquaient le pays depuis le 17 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, s’est adressé au français, le 10 décembre dernier en direct à la télévision. Dans son discours, le chef de l’Etat a appelé à la réconciliation et a annoncé diverses mesures qui entreront en vigueur rapidement pour redonner du pouvoir d’achat aux français. Parmi elle, l’appel aux entreprises à verser une prime de fin d’année à ses salariés. Et si cette recommandation de la part du gouvernement permet aux employés des grands groupes d’en bénéficier, ça ne sera peut-être pas le cas pour les salariés des PME du BTP… Explications !


En réponse à la crise contre la perte du pouvoir d’achat et la hausse des taxes sur les carburants, Emmanuel Macron a fait part des décisions du gouvernement. Hormis la hausse de 100 euros du salaire des travailleurs au SMIC, l’annulation de la hausse de la CSG, la défiscalisation des heures supplémentaires, le président tient à faire participer les entreprises à la revalorisation du pouvoir d’achat des salariés :


« je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent, de verser une prime de fin d’année à leurs employés et cette prime n’aura à acquitter ni impôt ni charge. »


Prime de fin d’année : « pas une si bonne idée » pour La FFB et la CAPEB


Pour les PME du bâtiment, le versement d’une prime exceptionnelle aux salariés est difficile à mettre en place. En effet, la suppression des fenêtres du CITE, le mauvais bilan du marché du neuf,  la mise en place du prélèvement à la source, le travail dissimulé, etc. ont clairement fragilisé certaines entreprises du BTP.

La FFB s'est exprimé sur le sujet :

« 2018 ne sera pas une bonne année. On n'a pas besoin de recommandation du Gouvernement : si nos entreprises ont les moyens de verser une prime exceptionnelle, elles le feront. Mais leur fragilité en fonds propres reste préoccupante, et nous craignons que cela crée beaucoup de frustration pour les entreprises qui ne seront pas en mesure de le faire. Ce n'est peut-être pas une si bonne idée. », a exprimé Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB)


De nouveaux chantiers vous attendent, inscrivez-vous vite

Pour la CAPEB (Confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment), de nombreuses entreprises versent déjà des primes à leurs salariés aux mois de juillet et de décembre qui ne sont pas défiscalisées. Une mesure qui place donc certaines petites entreprises dans une position délicate puisque ces primes ne s’élèvent pas forcément au montant de 1.000 euros suggéré par le gouvernement.


« On est nombreux dans le bâtiment à donner des primes à nos salariés en juillet et en décembre, sauf que cette prime n'est pas défiscalisée car elle ne rentre pas dans le cadre. », explique Patrick Liébus, président de la Capeb.


« C'est compliqué de redonner ce que l'on donne déjà.» a-t’il ajouté.


Le nombre de PME capable de distribuer cette prime risque donc d’être limité et les salariés n’en sont pas forcément bien informés.


Versement de la prime exceptionnelle : tous les salariés ne sont pas éligibles


Près de 600.000 salariés pourraient bénéficier de cette prime exceptionnelle avant le 31 mars 2019.

Cependant, il est important de noter que son versement et son montant dépendront du bon vouloir de l’entreprise. De plus, seuls les employés touchant un revenu net mensuel inférieur à 3.600 euros seront concernés. Enfin, la prime ne devra pas être supérieure à 1.000 euros pour prétendre à une exonération de charges fiscales.


👷 Le Conseil du pro : pensez aux heures supplémentaires !


Si votre employeur vous annonce que vous ne bénéficierez pas de la prime de fin d’année, une autre option s’offre à vous pour augmenter votre salaire en 2019, il s’agit des heures supplémentaires. Leur défiscalisation fait partie des mesures annoncées par le chef de l’Etat le 10 décembre dernier.


Découvrez rapidement les chantiers disponibles près de chez vous


Référence :

  1. Corentin Patrigeon, "Comment le BTP se positionne pour le versement de la « prime exceptionnelle » ?", Bati Actu, le 19 décembre 2018.
  2. "Verbatim : Le discours d’Emmanuel Macron face aux « gilets jaunes »", Le Monde, le 10 décembre 2018.

Dans la même rubrique

Derniers articles publiés