BTP : le secteur n°1 des plaintes de consommateurs en 2018

Par Aurélia Ribeiro, publié le 27/03/2019

Vous entendez parler de plus en plus de sanctions appliquées aux entreprises de vos confrères ? Certes, beaucoup sont visées par les redressements de l’URSSAF mais les sanctions de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) courantes également.

Les chiffres sont tombés récemment pour 2018 : 12.275 plaintes enregistrées dans le secteur du BTP, du logement et de l’immobilier. Ce chiffre représente une baisse de 10 % par rapport à 2017, soit 1.543 réclamations de moins selon la DGCCRF. Mais le domaine du bâtiment enregistre le plus de plaintes !

Pour savoir comment le BTP s’est retrouvé le principal concerné par la répression des fraudes, lisez la suite de l’article !


Le BTP, cible des plaintes, et de loin


Le domaine du bâtiment est le premier secteur visé par le mécontentement des consommateurs ! De plus, le nombre de plaintes dépasse tous les autres secteurs. La deuxième place revient à la communication et à la téléphonie avec “seulement” 6.869 plaintes enregistrées, soit près de deux fois moins que pour l’immobilier.

Ce constat pour le bâtiment se comprend : les enjeux sont importants pour les propriétaires comme pour les locataires. Améliorer le logement demande un investissement financier important. A cela s’ajoute le problème de performance énergétique des habitations.


💡 A noter

Plus de 8 millions de logements en France sont qualifiés de “passoire thermique”, c’est-à-dire que les pertes de chaleur sont trop importantes. Ce qui se répercute sur leurs factures d’énergie !


Les entreprises de rénovation énergétique : les mauvais élèves


Le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments ne viennent pas redorer l’image du BTP en la matière. 54 % de ces entreprises ont été déclarées “en anomalie”, et la moitié d’entre elles étaient certifiées RGE ! Pourtant, ce label est un gage de qualité et donc de sérieux de la part des artisans concernés.

Après contrôle de 352 établissements, voici les sanctions qui sont tombées :

  • 75 avertissements
  • 55 injonctions
  • 64 procès-verbaux
  • 22 amendes administratives

Il semblerait que plusieurs entreprises du BTP profiteraient des aides financières fournies par l’Etat pour faire plus de profits.


Le bricolage et les équipements n’échappent pas au constat


Le domaine du bricolage est également concerné par les plaintes. 188 sociétés ont été contrôlées par rapport à leurs garanties commerciales et légales. Au final, 77 avertissements, 170 injonctions et 3 amendes ont été prononcés par la DGCCRF.

Même la vente d’outils multifonctions pâtit du contrôle de l’organisme : sur 255 établissements contrôlés, 57 n’étaient pas aux normes. Des manques d’indications d’utilisation et une non-conformité ont été notamment notées.


Une concurrence déloyale au sein du secteur ?


La DGCCRF a également relevé des problèmes de concurrence faussée. Des études auprès notamment d’entreprises qui interviennent dans les appels d’offres ont révélé des abus de pouvoir ou encore des arrangements entre différentes sociétés… Enquête à suivre.


Les retards de paiement restent un point noir du BTP


Les retards de paiement se retrouvent également dans le viseur de la DGCCRF : un total d’amendes de plus de 17 millions d’euros en 2018 contre 8,6 millions d’euros en 2017. Conclusion : les fraudes sont de plus en plus détectées, et d’une manière plus efficace.


👷 Le Conseil du Pro : restez informé sur les normes à respecter !


Pour susciter la confiance en de potentiels clients et trouver des chantiers, assurez-vous d’être en règle ! Retrouvez également l’actualité de votre métier et nos conseils pratiques sur notre page Facebook.


Référence :

1. “Répression des fraudes : la construction sur la première marche”, Batiactu, le 25 mars 2019


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés