Efficacité du RGE, le rapport qui fait mal…

Publié le 28/02/2018

ACTU - Le CGED vient de publier un rapport sur l’efficacité du dispositif RGE et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il fait mal ! Jugé trop complexe, inefficace et pas assez contrôlé, le CGED propose une refonte en profondeur du RGE et avance 6 propositions. Voici qu’il faut en retenir.

Pour rappel, le RGE, « reconnu garant de l’environnement » avait été rendu obligatoire en 2015 pour bénéficier d’aides de l’état.  2 ans après le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable fait le bilan (CGED), et il n’est pas bon. Zoom sur les 6 propositions faites.

RGE : les 6 propositions du CGED

Le rapport cinglant du CGED pointe les dysfonctionnements du RGE et propose quelques actions concrètes pour le rendre plus efficace. Explications des mesures proposées.

1. Simplifier la labélisation RGE

Le CGED propose de créer une instance regroupant les organisations professionnelles et les consommateurs afin d’harmoniser les procédures et, à terme, de faire fusionner les différents labels RGE.

2. Penser aux petites entreprises

Dans son rapport le CGED montre que les petites entreprises et auto-entrepreneurs sont laissés sur le bord de la route. La démarche étant jugée trop onéreuse et complexe pour une utilité incertaine.

 Ces petites structures représentent pourtant 2/3 des entreprises du bâtiment et ne sont que très marginalement qualifiées RGE.

3. Un meilleur dispositif de formation

Le CGED propose de modifier les textes réglementaires sur la formation continue en fixant de nouvelles priorités : formation à la carte, formation réorientée sur le geste. Mais ce n’est pas tout, le CGED préconise également une validation des acquis pour l’obtention du RGE et la mise en place d’outils numérique pour l’obtention du label.


4. Plus de contrôles

Le bilan est clair, il n’y a pas assez de contrôles, le CGED préconise donc d’instaurer plus de contrôles sur les chantiers en rendant obligatoire la constitution de preuves (photos, vidéos) sur certains points délicats.

5. Une meilleure information des ménages

Le particulier n’y trouve pas son compte et est un peu perdu, le CGED propose donc d’unifier les certificats et aspects graphiques du RGE pour leur redonner confiance.


6. Une meilleure connaissance des acteurs

Il est urgent d’améliorer les bases de données en partage avec les organisations professionnelles et les collectivités pour disposer d’instruments de mesure précis.

Ces articles devraient vous plaire : 


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés