Reprise chantiers : la sécurité sanitaire va coûter cher au BTP

Aurélia Ribeiro - Le 27/05/2020

Actu #reprise - La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) a récemment calculé ce que pourrait coûter la sécurité sanitaire sur les chantiers aux entreprises du BTP. Coactivité, désinfection, équipements de protection collectifs et / ou individuels, le surcoût est estimé entre 10 et 20 % et pourrait bien mener à la faillite de certaines sociétés... Détails !


Gagnez du temps : notre service clients valide les chantiers auprès des particuliers.


Reprise BTP : 3 postes de surcoûts liés aux mesures sanitaires  


Depuis le déconfinement du pays le 14 mai dernier, près de 72 % des chantiers du bâtiment ont repris. Mais ces deux dernières semaines ont révélé un nouveau problème, pour les artisans et les entreprises BTP, qui pourrait provoquer une chute du secteur encore plus importante et mener des sociétés à la faillite. Le coût financier pour appliquer les préconisations sanitaires du guide de l’OPPBTP, afin de se protéger du coronavirus sur les chantiers, est très élevé. En effet, la CAPEB a récemment mené l’enquête et estime que le surcoût serait entre 10 et 20 % pour les sociétés du secteur du neuf et de la rénovation. En cause, 3 postes :  


1. La coactivité

Elle représente près de 50 % du surcoût total et entre 4 et 10 % du coût journalier. Il s’agit de la distanciation sociale qui doit être appliquée dans les véhicules utilitaires et sur les chantiers, pour protéger les salariés et les clients. Des mesures nécessaires mais qui allongent les délais des travaux et qui font perdre du temps et de l’argent à l’entreprise.


2. La désinfection

Pour remettre les clients en confiance et les inciter à reprendre les travaux chez eux, la désinfection est essentielle. La décontamination, le nettoyage du matériel, les outils supplémentaires coûtent entre 4 et 8 % par jour.


3. Les équipements de protection collectifs et / ou individuels

Les gants, les masques de protection, le gel hydroalcoolique, etc., pour les salariés sont indispensables pour assurer leur sécurité. Cependant, ils représentent entre 2 et 4 % du coût journalier.


« Cette situation est évidemment extrêmement préoccupante et pourrait conduire à de nombreuses défaillances d’entreprise si rien n’est fait. », 

alarme Patrick Liébus, président de la CAPEB.


👷 Le Conseil du Pro : suivez l’actualité !


En cette période difficile liée à la crise sanitaire qui touche le pays, nous restons mobilisés pour vous tenir au courant de l’actualité du BTP. Rejoignez-nous sur notre page Facebook Habitatpresto Pro pour suivre toute l’information.


Pas le temps de prospecter ? Habitatpresto vous trouve des clients à la porte de chez vous !


Références :

  1. "Déconfinement : la CAPEB estime les surcoûts", La Capeb, le 25 mai 2020
  2. C.L., "Reprise dans le BTP : la Capeb fait une première estimation des surcoûts", Bati Web, le 26 mai 2020

Dans la même rubrique

Derniers articles publiés