Faux plafond suspendu : 6 étapes pour bien le poser

Dans cet article :

    Très apprécié en rénovation, le faux plafond suspendu permet d'abaisser la hauteur du plafond d'origine pour mieux isoler thermiquement et phoniquement la pièce. En décoration, il permet de jouer sur les différences de hauteur pour apporter un côté plus intimiste et chaleureux à un espace ou encore encastrer des spots LED. Découvrez les principales étapes de pose et des exemples de réalisation !

     
    La pose d'un faux plafond permet de faire des économies d'énergie en réduisant le volume d'une pièce et la surface à chauffer. Esthétique et peu onéreux, le plafond suspendu est l'allié de vos projets de rénovation !

    Qu'est-ce qu'un faux plafond suspendu ?

    Un plafond suspendu est un faux plafond qui permet de diminuer vos dépenses énergétiques et de corriger les irrégularités de votre plafond d'origine. Il est le plus souvent posé sur une ossature métallique, dans laquelle viennent s'emboîter des dalles en plaque de plâtre. Au moment de la pose, il est fortement recommandé de laisser un vide entre le plafond suspendu et l'existant, de manière à intégrer un isolant de plafond.

    Le faux plafond suspendu, appelé aussi faux plafond fixe, est, comme son nom l’indique, suspendu à votre ancien plafond par le biais de suspentes et de rails. Il forme ainsi une armature en métal, dans laquelle peuvent être intégrés ou encastrés une trappe de visite, un isolant, des câbles électriques, des luminaires de type LED ou encore une VMC. 

    La structure peut ensuite être habillée de différents matériaux : il peut s'agir de dalles en plaque de plâtre, de lames de bois ou de PVC, mais aussi de panneaux décoratifs en métal ou en aluminium perforé.

    Les plaques de plâtre sont les plus utilisées en rénovation. Économiques et simples à poser, elles nécessitent tout de même une certaine dextérité. Les finitions sont délicates à réaliser, avec des bandes de joint à poser et à poncer.

    3 exemples à copier

    Vous allez être surpris des possibilités qu'offre un faux plafond suspendu ! Dalles positionnées de manière artistique pour une déco avant-gardiste, structure montée pour délimiter une cuisine ou apporter un éclairage indirect dans une chambre, les options sont nombreuses ! 

    Faux plafond suspendu

    Les plafonds suspendus transforment esthétiquement un intérieur


    Vous envisagez de poser chez vous un faux plafond suspendu ? Profitez de l'expertise et des conseils d'un professionnel !


    Comment poser un faux plafond suspendu ? Les 6 étapes à connaître

    La pose d'un plafond suspendu demande minutie, patience et pas mal d'équipements :

    • mètre laser,
    • lève-plaque,
    • échafaudage,
    • suspentes...

    Pour ce type de réalisation, il vaut mieux faire appel à un professionnel. Voici les 6 étapes à suivre :
     

    1. Prenez les mesures de votre pièce

    Prenez des mesures précises de votre pièce et repérez les endroits où vous viendrez fixer vos suspentes. À partir de ces mesures, calculez vos besoins en plaques de plâtre, rails et suspentes.
     

    2. Effectuez les tracés

    Tracez au crayon l'emplacement futur de votre faux plafond, n'oubliez pas de prendre en compte l'épaisseur de votre plaque de plâtre. Veillez à être bien droit, attention danger, car ce n'est pas toujours facile dans les maisons anciennes où rien n'est droit !
     

    3. Fixez les suspentes

    Il est temps maintenant de visser vos suspentes sur les poutres. Dans un premier temps réglez-les grossièrement, puis alignez-les minutieusement. Tendez une cordelette entre chaque suspente pour visualiser vos rails.
     

    4. Montez les rails

    Découpez vos rails à la longueur souhaitée avant de venir les clipser à l'extrémité de vos suspentes. Sachez qu'il existe des rails de toute taille, pratique pour les grandes longueurs, mais moins à transporter si l'on n'est pas équipé. N'oubliez pas que votre faux plafond doit être parfaitement droit, vérifiez régulièrement à l'aide d'un niveau à bulle que c'est bien le cas.
     

    5. Fixez vos plaques 

    Commencez toujours par mettre la plaque en butée contre le mur, puis positionnez-la correctement par rapport aux rails. Fixez-la en la visant. Pour cette étape vous aurez besoin d'un lève-plaque et de bras volontaires pour vous aider. Il peut être nécessaire de couper vos plaques, prenez bien vos mesures.

    6. Réalisez les finitions

    Pour un travail net, il sera nécessaire de masquer les têtes de vis et les joints existants entre les différentes plaques avec de l'enduit à base de plâtre. Chaque joint devra être rempli d'enduit, puis recouvert entièrement d'une bande de calicot. Veillez à bien dérouler et poser les différentes bandes, avant de les noyer dans de l'enduit de rebouchage. Une fois l'enduit sec, n'oubliez pas de poncer les bandes de joints, pour obtenir une surface parfaitement lisse.

    Il sera alors temps de procéder aux finitions. La surface pourra alors être peinte ou recouverte d'un autre revêtement, comme du papier-peint ou un enduit décoratif.


    Pour un travail de qualité et des finitions parfaites, faites appel à un professionnel !


    Comment isoler un faux plafond suspendu ?

    Si vous souhaitez gagner en confort et faire des économies de chauffage, sachez qu'un plâtrier-plaquiste peut se charger d'isoler thermiquement et phoniquement votre faux plafond suspendu, au moment de la pose. 

    Pour ce faire, l'isolant peut être inséré au niveau du rail et de l'ossature métallique installés sur le plafond d'origine. Une fois l'isolation faite, il ne reste plus qu'à recouvrir le tout de plaques de plâtre.

    3 isolants s'avèrent particulièrement performants pour isoler un faux plafond :

    1. la laine de roche : elle présente de très bonnes performances en termes d'isolation thermique et acoustique, et offre un meilleur confort en été que la laine de verre ;
    2. la laine de verre : elle renforce l'isolation thermique et phonique et a l'avantage d'être moins onéreuse que la laine de roche ;
    3. la mousse polyuréthane : en plus d'être légère et résistante à l'humidité, elle offre une bonne isolation thermique et acoustique.

    Si le faux plafond est déjà en place, un trou pourra être percé dans la structure existante de façon à insuffler la mousse isolante ou la laine de roche, à l'aide d'une souffleuse. Une fois l'opération effectuée, le trou devra être rebouché.

    Si vous préférez opter pour de la laine minérale en rouleaux, cette dernière devra être déroulée au niveau du plénum, correspondant à l'espace compris entre la base du plafond d'origine et la surface du faux plafond.
    👉 Pour favoriser l'aération, 1/3 du volume doit être laissé libre.

    📌
    Prolongez votre lecture autour de ces articles :

    Isoler par insufflation : prix au m² & guide des meilleurs isolants
    Isolation par soufflage ou épandage : quelle technique choisir ?

    Quel prix pour un plafond suspendu ?

    En règle générale, il faut compter entre 20 et 150 € / m² pour un plafond suspendu. Si vous confiez les travaux à un professionnel qualifié, le prix moyen à prévoir varie entre 45 et 240 € / m², pose et fournitures comprises

    Le coût des travaux varie en fonction de plusieurs facteurs :

    • des dimensions du faux plafond ;
    • de la hauteur du plafond et de la complexité du chantier ;
    • du type de matériau choisi ;
    • des équipements à ajouter au moment de l'installation, comme des luminaires ou une VMC, pouvant nécessiter l'intervention d'un électricien ;
    • des finitions.

    📌
    Cet article peut aussi vous intéresser :
    Faux plafond : types et prix pour bien le choisir

    😉 Le Conseil Habitatpresto : faites appel à un professionnel qualifié !

    La mise en place d'un faux plafond suspendu est une opération délicate qui nécessite un vrai savoir-faire, si vous ne voulez pas que le ciel vous tombe sur la tête. Le professionnel à contacter est un plâtrier-plaquiste ou un staffeur.


    Références :

    Part Rénovation complète Revêtement de plafond
    Adrien Maridet

    Adrien Maridet

    Rédacteur web Habitatpresto

    Adrien, rédacteur web pour Habitatpresto. Fort de mon expérience de journaliste (un métier “passion” que j’ai eu la chance d’exercer pendant six ans), j’aime rechercher, recueillir, recouper et vulgariser l’information sur des sujets divers et variés. J’espère vous aider à travers mes conseils ou bons plans à trouver des réponses à vos questionnements autour de votre ou vos projets à venir.

    Prix travaux de peinture au m² : tarifs 2022 & exemples de devis

    Le prix au m² pour des travaux de peinture se situe en moyenne entre 20 et 65 €. Mais ce tarif peut varier selon le type et l'état du support.

    Lire la suite

    Comment réparer les dégâts après un incendie ? Nos conseils

    Si votre logement a été entièrement détruit ou partiellement touché par un incendie, voici tout ce que vous devez savoir pour réparer les dégâts.

    Lire la suite

    Peinture qui cloque et qui fait des bulles : causes et solutions

    La peinture que vous venez d’appliquer cloque et fait des bulles ? Identifiez la cause avant de poncer et de repeindre la surface touchée.

    Lire la suite
     

    Confidentialité