Pénurie carburant BTP : que faire si je ne peux plus me déplacer ?

Adrien Maridet - Le 17/10/2022
Dans cet article :

    Engendrée depuis début octobre par des mouvements de grève dans les raffineries françaises, la pénurie de carburant affecte directement le secteur du BTP. Certaines entreprises, confrontées à des défections de salariés et/ou dans l'incapacité de remplir le réservoir de leurs véhicules et engins, voient l'avancée de certains chantiers être mise à mal. En tant que salarié du BTP, voici ce qu'il vous reste à faire si vous craignez la panne sèche ou que vous vous retrouvez à ne pas pouvoir vous rendre sur votre lieu de travail !


    Vous rencontrez des difficultés pour remplir votre carnet de commandes ? Testez sans plus attendre notre service d'apport de chantiers !


    Des stations-services prises d'assaut ou fermés pour cause de pénuries... Alors que les grèves bloquant les raffineries et dépôts de carburant français se multiplient depuis près de 3 semaines, l'approvisionnement en essence ou en gazole s'avère de plus en plus difficile ces derniers jours. 

    Concrètement, à l'échelle de la France, plus d'une station-service sur 4 était en rupture totale ou partielle, ce lundi 17 octobre, mettant en difficulté de nombreux travailleurs et entreprises. Le secteur du BTP est loin d'être épargné, contraint de stopper ou remettre en questions certains chantiers, faute de personnel ou d'engins mobilisables.

    Pénurie de carburant : que faire si je ne peux pas me rendre au travail ?

    Trouver des alternatives pour se déplacer

    Dans le BTP, les travailleurs sont bien souvent dépendants de leur véhicule pour se déplacer, encore plus en milieu rural. Dans ces conditions, de nombreux salariés se retrouvent avec un réservoir à sec et dans l'incapacité de se rendre sur leur lieu de travail. Pour les entreprises, déjà affectées par la flambée des prix de l'énergie et des matériaux et par une pénurie de main-d'œuvre, difficile d'honorer, dans les temps, certains chantiers, quand l'activité tourne au ralenti.

    Si vous habitez dans une zone urbaine et que vous n'avez plus la possibilité d'emprunter votre voiture, d'autres alternatives seront envisageables pour aller travailler, comme les transports en commun ou le covoiturage. Autre possibilité, certains employeurs proposent à leurs salariés de leur mettre à disposition une voiture électrique, louée au préalable.

    Prévenir son employeur et justifier son absence

    Si vous rencontrez de grosses difficultés pour faire le plein et n'avez pas la possibilité de covoiturer ou d'autres moyens de transport à proximité de votre lieu de résidence, il vous faudra prévenir votre employeur au plus vite de votre retard ou de votre absence, en prouvant votre bonne foi.

    À ce titre, n'attendez pas pour envoyer un mail explicatif à votre employeur et ajoutez des justificatifs et photos : jauge de carburant de votre véhicule pour prouver que votre réservoir est vide, stations-services fermées avec de la rubalise, signalétique annonçant que les pompes sont hors service...

    Si vous faites les choses dans les règles, vous ne risquerez pas de sanction, puisque ne pas pouvoir se rendre au travail en raison d'une pénurie de carburant n'est pas une faute caractérisée.

    Dans ce cas de figure exceptionnel, un congé sans solde peut vous être accordé, appelé aussi "absence autorisée non payée". À moins que vous vous entendiez avec votre entreprise pour poser un ou plusieurs jours de congés (congés payés ou RTT) ou pour rattraper à votre retour les heures de travail manquées. Quoi qu'il en soit, l'employeur n'est pas en droit de vous imposer de prendre un jour de congé, mais peut vous le proposer.

    👉
    À noter :
    Le télétravail est difficile à appliquer dans le BTP, hormis pour les collaborateurs dont les missions ne nécessitent pas une présence quotidienne sur les chantiers ou chez les clients.

    Prioriser et reporter, si possible, certains chantiers

    Que vous soyez chef d'une PME du bâtiment et des travaux publics ou artisan à votre compte, assurez-vous de ne pas vous mettre en difficulté. En attendant que tout rentre dans l'ordre, il est conseillé, dans la mesure du possible, de finir les chantiers en cours et de d'en décaler certains, jugés moins "urgents", surtout s'ils nécessitent de faire beaucoup de kilomètres. Le tout, sans oublier de prévenir, suffisamment en avance, les clients de ce retard de livraison complètement indépendant de votre volonté.

    📌
    Prolongez votre lecture autour de ces articles :

    Inflation : quels sont les artisans du BTP les plus impactés ?
    Chef d'entreprise BTP : comment améliorer votre trésorerie ?

    Les organisations patronales préoccupées

    Face à ces tensions d'approvisionnement en carburant et à une situation de plus en plus tendue, les organisations professionnelles du BTP sont montées au créneau ces derniers jours. C'est le cas de la Fédération française du bâtiment (FFB) qui appelle le Gouvernement à agir au plus vite, via un communiqué de presse en date du 10 octobre.

    "Si le droit de grève est un droit constitutionnel, il ne permet pas d'empêcher de travailler, de bloquer ou d'entraver la circulation et de freiner l'activité des artisans et entreprises du bâtiment", a d'abord plaidé la FFB. Avant de demander au Gouvernement de "prendre de toute urgence les mesures nécessaires pour rétablir la distribution normale de carburant et notamment la possibilité d'utiliser le gasoil non routier".

    Un retour à la normale très attendu, mais plus long que prévu

    Bien conscient des difficultés rencontrées par les particuliers et les entreprises, le ministre chargé des Transports, Clément Beaune, affirme que "la situation s'est déjà beaucoup améliorée dans certaines régions, comme les Hauts-de-France, grâce aux mesures qu'on a prises, de déblocage de stocks et de réquisitions ciblées".

    Invité sur France Inter ce lundi 17 octobre, le représentant du Gouvernement a aussi assuré que des améliorations sont à prévoir "dans la semaine", mais qu'un retour à la normale, "à 100 % d'approvisionnement partout, mettra du temps" et n'est pas envisageable "avant la semaine d'après".

    La ristourne à la pompe prolongée

    Par ailleurs, la ristourne à la pompe, qui devait initialement passer de 30 à 10 centimes par litre au 1er novembre, a été prolongée jusqu'au 15 novembre par Bercy, a annoncé la Première ministre, Élisabeth Borne, invitée du journal de 20h de TF1, dimanche 16 octobre. La cheffe du Gouvernement a aussi précisé que TotalEnergies allait également prolonger sa remise de 20 centimes par litre de carburant, qui devait, elle aussi, tomber à 10 centimes au 1er novembre. Ces coups de pouce prendront fin au 1er janvier 2023.


    Développez votre activité du bâtiment avec Habitatpresto Pro !

    Trouvez de nouveaux chantiers


    👷 Le Conseil du Pro : suivez l’actualité du BTP sur nos réseaux !

    Rejoignez-nous sur notre page Facebook Habitatpresto Pro et consultez les actualités qui impactent le secteur du BTP. N'attendez plus pour faire votre veille et rester informé au quotidien !

    📌
    Cet article peut aussi vous intéresser :
    Projet de loi de finances 2023 : les mesures qui concernent le BTP

    Références :


    Dans la même rubrique

    Derniers articles publiés

     

    Confidentialité