Inflation : quels sont les artisans du BTP les plus impactés ?

Adrien Maridet - Le 13/09/2022
Dans cet article :

    La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) a confié une nouvelle étude au cabinet Xerfi afin de "mesurer l'impact de la hausse des prix et des difficultés d'approvisionnement" sur les entreprises artisanales du BTP. Bien que l'activité reste dynamique au deuxième trimestre 2022, l'inflation n'épargne personne. En revanche, certains secteurs d'activité sont plus touchés que d'autres. Détails.


    Gagnez du temps sur votre recherche de chantiers avec Habitatpresto Pro !


    En ces temps de crise, la Capeb fait état d'une "dynamique positive dans un contexte très incertain", puisque l'activité des entreprises artisanales du bâtiment connaît une hausse de 3 %, par rapport au 2ᵉ trimestre 2021. Elle s'explique notamment par la belle progression des travaux d'entretien et de rénovation depuis le début d'année 2022, mais aussi des travaux d'amélioration de la performance énergétique des logements, soutenus par les aides de l'État, comme MaPrimeRénov'.

    📌
    Prolongez votre lecture autour de cet article :

    Plan de résilience : les mesures de soutien en faveur du BTP


    Néanmoins, tout n'est pas si rose pour les artisans du BTP, qui doivent faire face à une hausse brutale et continue du coût des matériaux de construction et des prix de l'énergie (carburants, gaz, électricité...), et à des difficultés d'approvisionnement de plus en plus pesantes. Ces fortes tensions apparues au début de la crise sanitaire sont depuis exacerbées par la guerre en Ukraine, qui s'éternise depuis le 24 février. Cette combinaison de facteurs met à mal la trésorerie et l'organisation des entreprises.

    1 700 entreprises artisanales du BTP interrogées

    Si les indicateurs d'activité continuent d'être au vert, le contexte économique et géopolitique reste donc une source de très grandes inquiétudes pour les entreprises du BTP.

    "Les entreprises artisanales du bâtiment, qui savent s'adapter, ont réussi jusqu'à présent à maintenir leur activité à un niveau très satisfaisant..., mais cela ne pourra pas durer. Si les chiffres sont encore favorables, le contexte actuel, lié aux difficultés d'approvisionnement, de recrutement et à la hausse des prix des matériaux et de l'énergie, menace cette croissance", souligne le président de la Capeb, Jean-Christophe Repon.

    📌
    Cet article peut aussi vous intéresser :
    Guerre en Ukraine : le Gouvernement lance un "PGE résilience"

    Pour mesurer concrètement les répercussions de l'inflation et des pénuries de matériaux (acier, bois, béton, verre...) sur l'activité de l'artisanat du bâtiment, la Capeb a commandé une nouvelle étude - après celles réalisées en juillet 2021, puis en janvier et en avril 2022 -, menée au mois de juillet auprès de 1 700 entreprises du BTP. Confiée au cabinet de conseil et d'analyse Xerfi et publiée le 5 septembre, l'enquête d'opinion montre qu'aucun secteur d'activité n'échappe à cette hausse des prix, subie depuis plus de 2 ans et qui s'est encore accélérée en 2022.

    Une augmentation moyenne de 26 % du prix des matériaux

    Ainsi, depuis janvier 2022, les entreprises du BTP sont confrontées à une hausse moyenne du prix des matériaux de 26 % (contre 18 % au trimestre précédent). Après l'augmentation de 18 %, déjà, observée sur l'année 2021. Et ce, alors qu'en moyenne, l'achat de matériaux de construction et autres équipements représente 32 % des charges et frais généraux d'une société du bâtiment (et jusqu'à 37 % pour les menuisiers-serruriers ou 36 % pour les électriciens). Avec des corps de métiers et des artisans plus touchés que d'autres :

    1. la menuiserie-serrurerie : ces métiers sont confrontés à la plus forte hausse, qui s'élève à + 29 % entre janvier et juillet 2022, causée par la flambée des prix du bois et de l'acier ;
    2. la maçonnerie - entreprise générale, à égalité avec l'aménagement-décoration-plâtrerie : + 26 % ;
    3. la couverture-plomberie-chauffage, à égalité avec l'électricité : + 24 %.

    Des devis réajustés à la hausse

    Autre enseignement mis en lumière par cette étude ? Si l'inflation concerne l'ensemble des entreprises du BTP, "81 % d'entre elles (contre 45 % en janvier et 60 % en avril) déclarent la répercuter, au moins pour partie, auprès de leurs clients", énumère le syndicat professionnel. Ainsi, tous segments confondus, 4 artisans sur 5 déclarent avoir été contraints de réviser leurs prix pour ne pas finir par boire la tasse. Les secteurs d'activité qui ont le plus reflété ces hausses de prix dans leurs devis sont les suivants :

    1. les menuisiers : 93 % (contre 72 % au trimestre précédent) ;
    2. les électriciens : 88 % (contre 75 % en avril) ;
    3. les peintres, plaquistes et décorateurs d'intérieur : 81 % ;
    4. les couvreurs, plombiers et chauffagistes : 78 % ;
    5. les maçons : 74 %.

    👉
    À noter :
    Par ailleurs, plus une entreprise compte de salariés, et plus elle a tendance à intégrer la hausse des prix dans le coût final de ses prestations.

    Les besoins de trésorerie augmentent, les marges baissent

    Pour autant, les entreprises concernées n'osent pas répercuter à leurs clients la totalité de la hausse des prix qu'ils subissent, par peur de devoir faire une croix sur certains chantiers. En moyenne, "elles le font à hauteur de 59 %, contre 43 % en avril 2022". Concrètement, le prix moyen d'un devis a augmenté de 5,4 % sur le premier trimestre 2022, et de 11,5 % par rapport à début 2021.

    Malgré tout, 16 % des entreprises sondées font état de besoins de trésorerie au deuxième trimestre 2022, soit 4 fois plus qu'il y a un an (4 %). Parmi elles, "61 % déclarent un besoin supérieur à 10 000 €. Le montant moyen des besoins de trésorerie de ces entreprises reste stable à 20 000 € pour le second trimestre consécutif (contre 14 000 € un an auparavant)", détaille la Capeb.

    D'autre part, 36 % des entreprises sondées déclarent une baisse de leurs marges (contre 40 % au trimestre précédent), tandis que seulement 5 % affichent une hausse. À cela viennent s'ajouter de nouveaux frais annexes, apparus ces derniers mois, comme "l'ajout d'une ligne de coût pour les palettes", note l'organisation professionnelle, citée par Batiactu.

    Une belle dynamique à maintenir, dans un contexte incertain

    Mais ce n'est pas tout, puisque près de trois quarts des artisans interrogés (74 %, contre 56 % en avril) affirment que l'augmentation des délais d'approvisionnement et la pénurie des matières premières entraînent des difficultés de production et d'organisation au sein des entreprises. Avec pour conséquences, des modifications de plannings (70 %), une réduction de la validité des devis (51 %) et des réorganisations d'équipes (37 %).

    Pas de quoi décourager les entreprises du BTP dont l'optimisme reste de rigueur quant à l'avenir. Après avoir créé 26 000 emplois en 2021, elles espèrent maintenir leur activité à un bon niveau et leurs emplois, tout en continuant d'embaucher. Et ce, "si l'activité demeure favorable jusqu'à la fin de l'année et si les freins à son développement sont levés, à commencer par la simplification des démarches administratives et réglementaires", insiste la Capeb.

    Les Assises du BTP très attendues par la filière

    Néanmoins, avec les hausses de prix actuelles, "des signes de fragilité de plus en plus nombreux font craindre de possibles effets structurels qui pourraient impacter fortement l'activité dans son ensemble, en fin d'année et surtout en 2023". Et, de ce fait, "ralentir la transition énergétique dans le bâtiment". Dans ces conditions, "nous appelons le Gouvernement à prendre les mesures qui s'imposent pour répondre de manière efficace à l'inflation, à la nécessaire transparence des prix et au risque de récession en 2023. Nous espérons que les Assises du BTP (prévues le 22 septembre, à Bercy, NDLR) seront une première étape en ce sens", appuie Jean-Christophe Repon.

    👷 Le Conseil du Pro : rejoignez-nous sur Facebook !

    Vous ne souhaitez rien manquer des annonces du Gouvernement et des dernières actualités du BTP ? Suivez notre page Facebook Habitatpresto Pro pour vous tenir informé des informations amenées à toucher votre secteur d'activité.


    À la recherche de nouveaux clients ? Testez, sans plus tarder, notre service d'apport de chantiers !


    Références :


    Dans la même rubrique

    Derniers articles publiés

     

    Confidentialité