Déchets BTP : le problème des décharges sauvages empire

Par Aurélia Ribeiro, publié le 14/08/2019

Le problème des déchets de chantiers du BTP est remis sur le devant de la scène avec le décès du maire de Signes (Var) le 5 août dernier. En effet, l’accident a impliqué une camionnette qui voulait se débarrasser illégalement de gravas et matériaux. Cette situation est de plus en plus préoccupante à la fois pour l'environnement et les collectivités. Découvrez les chantiers en cours pour lutter contre les décharges sauvages de déchets du bâtiment !


Pas le temps de prospecter ? Habitatpresto vous trouve des clients à la porte de chez vous !


Des fraudes qui se mesurent en millions de tonnes


Le site de la Capucine, situé dans le Var, entasserait à lui seul plus d’un million de tonnes de déchets depuis 1991. D’ailleurs en 2018, on estime à 520.000 tonnes le poids des déchets abandonnés sur ce même site. Bien évidemment, il existe de nombreux sites de ce type dans toute la France, ce qui donne une réelle gravité à ce sujet.

Les petites entreprises, coupables n°1


Nous en parlions récemment : plus de 70 % des déchets du BTP sont recyclés. Pourtant, selon la FFB, environ 10 millions de tonnes auraient encore besoin d’être recyclées : plâtre, verre, isolant... Les PME et TPE du bâtiment seraient les principales responsables de cette accumulation des déchets, car elles possèdent moins de moyens pour bien les gérer.

📌 Cet article pourrait vous intéresser : Que faire de vos déchets de chantiers ?

Un problème de gestion des déchets qui coûte cher


Sur le territoire française, il existe 500 points de collecte des déchets professionnels. Ce qui est loin d’être suffisant au vu du nombre d’artisans déversant les gravats et autres déchets illégalement dans des sites tels que celui de la Capucine.

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, déclare que de tels sites feraient perdre entre 340 et 420 millions d’euros aux collectivités. Un enjeu sanitaire mais également financier que le Gouvernement souhaite affronter grâce à une loi anti-gaspillage.

Un projet de loi anti-gaspillage pour dissuader les fraudeurs


Se débarrasser ainsi de ses déchets de chantiers est passible de 2 ans de prison et 75.000 € d’amende. Cependant, ces crimes restent souvent impunis car les moyens sont insuffisants.

Ainsi, Brune Poirson déclare que le projet de loi anti-gaspillage conférerait plus de pouvoir aux maires, en plus d’installer de nouveaux systèmes de vidéosurveillance. Il comporterait également un volet sur une nouvelle filière pollueur/payeur.

📌 Cet article pourrait vous intéresser : Déchets de chantiers : création d’une charte de bonnes pratiques

Des mesures qui devraient aller plus loin


Même si ce projet de loi veut régler le problème des déchets professionnels, des plaintes se font déjà entendre concernant l’augmentation des coûts sur les matériaux que cela entraînerait, notamment à cause de la filière pollueur/payeur.

De son côté, l’Association de collectivités, gestion des déchets, réseaux de chaleurs, gestion locale de l'énergie (Amorce) propose que les déchetteries pour déchets ménagers acceptent les déchets professionnels à des horaires adaptés.


📌 Cet article pourrait vous intéresser : Surplus de chantier, offrez-leur une seconde vie !

👷 Le Conseil du Pro : téléchargez l'appli "Déchets BTP"

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) propose une application mobile pour vous aider à gérer vos déchets de chantier. L'appli "Déchets BTP" vous permet de géolocaliser les déchetteries les plus proches. Elle est gratuite et  disponible sur Google Play Store et sur l'App Store.

Référence :

Dominique Pialot, “Décharges sauvages : le BTP pointé du doigt”, La Tribune, le 12 août 2019


Vous rencontrez des difficultés pour remplir votre carnet de commandes ? Rejoignez-nous !


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés