Deux femmes, artisans du bâtiment, parlent de leur parcours !

Hélène Machline - Le 07/03/2022

En cette journée internationale des droits des femmes, nous avons interrogé deux femmes, artisans du BTP. Carine et Valérie, nous racontent leur parcours, qui n'a pas vraiment été un long fleuve tranquille : la perception des artisans hommes du bâtiment et celle des clients de voir une femme aux commandes. Les embûches, mais surtout les joies d'une profession, où les journées ne se ressemblent jamais. Entre bonne humeur et anecdotes, retrouvez leurs témoignages.

Les femmes progressent timidement dans le secteur du BTP, le dernier baromètre de l’Institut Supérieur des Métiers indique que seulement 12% des salariés du bâtiment sont des femmes, contre 8,6 % en 2000. Pourtant, la crise sanitaire incite de nombreuses femmes à s’affranchir du statut salarié pour entreprendre. Aujourd'hui, un dirigeant d'entreprise artisanale sur quatre (tous secteurs confondus), est une femme.


Deux femmes, artisans du bâtiment se livrent sur leur parcours.  Carine, passionnée par son métier, est peintre en bâtiment en Normandie, elle fait aussi des enduits et des revêtements de sols. Valérie, l'autodidacte, dirige une entreprise de pose de portes et fenêtres, dans la région de Metz.  Cette cheffe d'entreprise hyperactive, vient de fonder une deuxième société, de formation en jardinage.  

-Chacun a ses rêves de carrières professionnelles. Espériez-vous depuis toujours être aux commandes d’une entreprise artisanale du BTP ?

- Carine : Lorsque j'étais adolescente, j'ai fait un CAP de cuisine. Une fois sur le marché du travail, je me suis rendue compte que ce métier était très loin de ce dont je rêvais. J'ai vite compris que la cuisine, ce n'était pas pour moi. J'ai alors décidé de passer un CAP en peinture du bâtiment en candidat libre, dans un centre de formation pour adulte. Ensuite, j'ai cherché du travail, mais étant une femme et sans expérience, personne ne m’a embauchée. Pendant ma période de recherche d'emploi, j’ai aidé un ami peintre sur ses chantiers. Ce fut un véritable coup de foudre, j'ai tout de suite compris que ce métier serait une véritable passion pour moi. J'ai donc rapidement décidé d'ouvrir ma propre entreprise. 

Carine : "Pendant ma période de recherche d'emploi, j’ai aidé un ami peintre sur ses chantiers. Ce fut un véritable coup de foudre, j'ai tout de suite compris que ce métier serait une véritable passion pour moi."

-Valérie : Je suis passée de l’immobilier à l’artisanat, à la suite d’un licenciement. L'entreprise qui m'employait a fermé ses portes soudainement. J'ai alors eu l'idée de créer mon entreprise de pose de fenêtres et de portes. Dans l'immobilier, je travaillais déjà beaucoup avec des artisans de ce secteur. Lorsque j'ai créé mon entreprise, j'ai embauché tous mes anciens collègues, qui avaient été licenciés avec moi. Par contre, je me suis formée sur le tas, essentiellement en lisant et en pratiquant avec mes fournisseurs. J'ai toujours adoré tout ce qui est technique et je suis une personne très autodidacte. Je dirige désormais trois équipes d’hommes, et  ça se passe très bien.


Vous aussi vous êtes à la tête d'une entreprise du BTP ? Remplissez facilement votre carnet de commandes avec Habitatpresto Pro


-Lors de votre formation ou de votre parcours professionnel, être une femme a-t-il représenté une difficulté pour vous ? Avez-vous connu des épisodes sexistes ?

- Carine : Durant ma formation, nous étions 6 femmes sur 20 candidats. Je n'ai jamais ressenti de différence de traitement de la part de mes professeurs ou des autres apprentis. Il y a un grand respect entre artisans de ce corps de métier. Je me suis tout de suite bien intégrée dans ce milieu que ce soit avec les collègues, ou avec les clients. J'ai parfois dû faire face à des clients  surpris de voir une femme débarquer sur un chantier, mais dès que je commence à travailler, les soupçons se dissipent, et je n'ai jamais eu de clients mécontents.

Valérie : "Je trouve que c'est finalement plutôt un atout, d'être une femme, dans ce milieu."

- Valérie : Si je fais abstraction de quelques blagues et de certaines remarques désobligeantes, comme " Quoi ?! C'est vous qui venez ?" Je trouve que c'est finalement plutôt un atout, d'être une femme, dans ce milieu. Mes relations avec des clients ne sont pas d'homme à homme, c'est donc beaucoup plus facile, car il y a moins de rapports de force. Et pour ceux qui doutent de mes compétences parce que je suis une femme, je les remets tout de suite à leur place avec quelques termes techniques qu'ils ne connaissent pas, et en général ça fonctionne bien parce que je connais bien mon métier. 

📌 Cet article peut aussi vous intéresser :
Rencontrer un client pour la première fois : 6 erreurs à éviter

-En tant que femme et artisan, pensez-vous que vous faites un travail différent de celui des hommes ?

- Carine : J'ai bien souvent l'impression d'avoir un avantage par rapport aux hommes. Les clients sont agréablement surpris de travailler avec une femme, ils me disent fréquemment que mon travail est plus minutieux que celui des hommes, ou encore, que mon regard féminin sur l'association des couleurs pour la peinture correspond mieux à ce qu'ils voulaient. Peut-être que ma sensibilité féminine donne un meilleur résultat, que ce à quoi ils sont habitués avec des artisans homme.  

Valérie : "Mes employés me confient souvent qu’ils préfèrent être dirigés par une femme. "

- Valérie : Je dirige une dizaine d'artisans dans mon entreprise. Mes employés me confient souvent qu’ils préfèrent être dirigés par une femme. Je pense être techniquement très compétente et avec mes clients, en général, en parlant un peu, je force le respect. Mon secret : être bien informée et honnête. En général, mes clients sont bluffés, car je suis vraiment pédagogue. J'arrive toujours à me faire comprendre. Et ça, c'est un plus.

peintre

 -Les réseaux sociaux et votre secteur d'activité, ça vous parle ? Ça vous inspire ?

- Carine : J'essaie au maximum d'être présente sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook et Instagram. Ce sont des plateformes sur lesquelles je partage pas mal de vidéos de mes chantiers, dans un but pédagogique. J'aime bien partager mes astuces et mes bons plans. Je regarde beaucoup de tutos sur internet pour optimiser mon travail. Je trouve que c'est très pratique.

Carine : "J'essaie au maximum d'être présente sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook et Instagram."

- Valérie: Je dirige des équipes d'artisans jeunes qui eux, sont très connectés et toujours prêts à chercher pour moi sur internet des bons tuyaux. J'ai l'impression que grâce à eux, je suis tout à fait au courant de ce qui se passe sur internet dans le domaine de la pose de fenêtres et de portes. J'ai une deuxième activité, pour laquelle je suis très active sur les réseaux sociaux : une société de formations en jardinage. Je mets fréquemment en ligne des vidéos sur YouTube, pour donner envie au public d'apprendre à jardiner. 

-Qu'est-ce que vous aimez le plus, au quotidien dans votre travail d'artisan du BTP ? 

- Carine : Dans mon métier, aucune journée ne se ressemble. J'adore le fait qu'il y ait à la fois un côté physique avec le travail de terrain, et une activité plus intellectuelle avec la comptabilité et la gestion de mon entreprise. C'est une activité très variée. 

- Valérie : J'aime mon activité, car c'est beaucoup de rapports humains, avec mes employés comme avec mes clients. Je suis toujours dans l'échange. Je dois à la fois respecter des délais, sans trop pressuriser mes employés, il faut trouver le bon équilibre et être constamment dans la peau d'un psychologue. Chaque journée est un nouveau challenge.

📌 Cet article peut aussi vous intéresser :
 Organisation et gestion du chantier : 9 étapes à ne pas oublier

- Que diriez-vous aux femmes qui souhaitent devenir artisan dans le bâtiment ?

- Carine : N'ayez surtout pas peur de vous lancer dans ce milieu, surtout si vous êtes une femme ! À ce jour, un artisan qui travaille bien, aura toujours du travail. C'est un métier difficile, mais qui procure un sentiment de réussite tous les jours !

📌 La Rédaction vous recommande :
Prêt à vous mettre à votre compte ? 10 questions à se poser

- Valérie : C'est un métier difficile et les clients sont très exigeants. Mais, si vous aimez les relations humaines et que vous savez être à la fois à l'écoute des autres, ferme et exigeante, alors il faut y croire, tout est possible !


À la recherche de nouveaux clients ? Testez, sans plus attendre, notre service d'apport de chantiers !


Cet article a été rédigé sur la base d'échanges téléphoniques auprès de femmes artisans du réseau Habitatpresto Pro.


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés

 

Confidentialité