RE 2020 : quels sont les changements pour la construction ?

Adrien Maridet - Le 09/01/2022
Dans cet article :

    Artisans, si vous avez entendu parler de la RE 2020, vous devez savoir qu’elle a succédé, depuis peu, à la RT 2012. Cette réglementation thermique pour l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments neufs est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022 et n’implique pas seulement les particuliers. En effet, vous êtes aussi concernés par ces changements instaurés par le Grenelle de l’environnement et mieux vaut bien les connaître. Qu’est-ce que la RE 2020 ? Qu’est-ce qui change avec la RE 2020 ? Voici tout ce que vous devez savoir !

    Le Grenelle de l'Environnement a acté le remplacement de la RT 2012 par la RE 2020 qui a pour objectif d’améliorer davantage les performances énergétiques des nouvelles constructions (bâtiments collectifs et maisons individuelles).


    Besoin de plus de clients ? Testez notre service pour développer votre activité !

    Découvrez les chantiers en attente


    5 changements avec la nouvelle RE 2020

    Au fil des réglementations thermiques qui se succèdent, le BTP apprend à diminuer l'impact sur l'environnement des constructions neuves. Entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022, la RE 2020 ne fait pas exception et va même beaucoup plus loin que les précédentes normes.  


    1. Les bâtiments doivent consommer 30 % d'énergie en moins

    Il n'est bien sûr pas possible qu'un bâtiment ne consomme aucune énergie, il en faut pour le chauffage, l'éclairage, la ventilation et éventuellement la climatisation. En revanche, la RE 2020 abaisse le niveau des différents indicateurs qui mesurent la performance énergétique d'une construction. Ainsi, l'indicateur Bbio (Besoins bioClimatiques) est modifié pour en abaisser le seuil et intégrer les besoins en froid pour améliorer le confort en été.

    📌
    Cet article peut aussi vous intéresser :
    Qualitel Cerqual : référentiel & certifications pour les pros du BTP

    2. La fin du chauffage au gaz et au fioul

    L'État souhaite très clairement mettre fin au chauffage au gaz et au fioul au cours de la prochaine décennie. Déjà, depuis le 1er janvier 2022, il n'est plus possible d'installer une chaudière à gaz dans une construction individuelle neuve. Pour les logements collectifs neufs, la transition prendra un peu plus de temps : entre 2022 et 2024, le chauffage gaz disparaîtra progressivement.

    Mais alors, quelles sont les énergies qui vont prendre la place du gaz naturel ?


    3. Les énergies renouvelables pour se chauffer

    La fin du recours aux énergies fossiles pour les constructions neuves peut engendrer un retour massif aux radiateurs électriques énergivores. Pour éviter cela, l'État va instaurer un seuil maximal d'utilisation d'énergie non renouvelable. 

    Ainsi, que reste-t-il ? En tant que professionnel du bâtiment, vous pourrez conseiller à vos clients l'installation d'un poêle à bois, d'une pompe à chaleur, d'un chauffe-eau solaire ou encore le recours à la biomasse ou aux réseaux de chaleur, si c'est possible. Artisans du BTP, c'est donc le bon moment pour obtenir les qualifications RGE Qualit'ENR.


    4. Les matériaux biosourcés vont devenir la norme

    Les matériaux biosourcés sont des matériaux issus de la biomasse animale ou végétale. Concrètement, cela désigne la paille, la ouate de cellulose, le liège, le chanvre et, bien sûr, le bois. Ces matériaux deviennent quasiment incontournables pour faire baisser le bilan carbone du bâtiment. Ils prennent ainsi peu à peu le pas sur les isolants à base de laine minéral, sur le béton ou sur le métal.


    5. Le confort d'été enfin pris en compte

    En tant que professionnel du bâtiment, vous avez sans doute déjà entendu des particuliers se plaindre des constructions écologiques lorsque la canicule bat son plein. En effet, le recours massif aux baies vitrées pour faire entrer un maximum de lumière... laisse aussi entrer la chaleur en été. Et ce n'est pas toujours supportable pour ses habitants. 

    La RE 2020 prend enfin en compte ce qu'on appelle le confort d'été. Elle fixe un seuil haut maximal à ne surtout pas dépasser, sinon la construction n'est pas considérée comme réglementaire. Concrètement, le logement ne doit pas dépasser les températures suivantes sur une période de 25 jours : 30 °C le jour et 28 °C la nuit.

    Elle fixe également un seuil bas, qui, s'il est dépassé, entraîne des pénalités, car il deviendra nécessaire de doter la construction d'un système de refroidissement. Et donc une consommation d'énergie à la hausse !


    À la recherche de nouveaux clients ? Habitatpresto Pro vous envoie des demandes de chantiers rentables !

    Décrochez rapidement de nouveaux chantiers


    👷 Le Conseil du Pro : formez-vous !

    Artisans, pour vous faire à ces changements, lisez de la documentation et suivez des formations comme FEEBAT, afin de vous sensibiliser aux nouvelles normes et développer vos savoir-faire en amélioration énergétique. N’hésitez pas à passer des formations Quali’bat, Qualit’Enr, Qualifelec, Eco-Artisan...


    Références :


    Dans la même rubrique

    Derniers articles publiés

     

    Confidentialité