5 astuces pour protéger vos chantiers des intempéries

Aurélia Ribeiro - Le 18/06/2020

Artisans du BTP, vous êtes amenés à travailler souvent en extérieur. Orages, neige, fortes pluies, les caprices de Dame Nature peuvent être très dangereux sur les chantiers. Comment protéger les ouvriers, les matériaux et machines face aux intempéries ? Évacuation des ouvriers les plus exposés, paratonnerres au sommet des grues, accès au chantier dégagés, etc., nous vous donnons 5 astuces pour bien agir dans une telle situation !


Recevez des offres sérieuses de chantiers pour développer votre activité.


Intempéries sur un chantier : 5 conseils pour bien réagir 


Face aux éléments qui se déchaînent, mieux vaut ne prendre aucun risque et s'assurer que les ouvriers sont en sécurité. Pour cela, chacun doit être bien préparé afin de réagir vite en cas de danger.


1. Faites évacuer vos salariés


Vous pouvez être amené à interrompre vos chantiers de façon temporaire et à adapter les heures de travail de vos salariés. Mais avant tout, vous avez l’obligation de garantir la sécurité de vos salariés. Prenez pour cela des mesures de prévention en vous informant sur les risques d’orages. Les grutiers et ouvriers situés en hauteur sont particulièrement exposés et doivent être immédiatement évacués. Prévoyez et définissez en amont un lieu sûr dans lequel vos employés peuvent se mettre à l’abri.

📌

Vous aimerez lire

Accidents de travail sur chantier - couvreurs, les plus exposés

2. Assurez la sécurité 


Les systèmes parafoudres fonctionnent de manière répétitive et permettent d’éviter les surtensions. Vous pouvez mettre en place des paratonnerres au sommet des grues par exemple afin d’attirer la foudre et de la conduire au sol. Pour des chantiers de construction de plusieurs années, installer des systèmes de protection des circuits peut être une bonne solution. En cas d’intempéries sur les chantiers, le Code du travail vous oblige à les interrompre pour des questions de sécurité.


💡

Les articles L.4131-1 à 4 du Code du travail stipulent qu’un salarié peut exercer son droit de retrait si ce dernier estime que la situation de travail “présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé”.


3. Dégagez les accès


Les voies d’accès au chantier doivent impérativement être dégagées afin de pouvoir déplacer les véhicules et le matériel et d’évacuer rapidement les lieux en cas de phénomènes météorologiques dangereux. En cas de neige, n'hésitez pas à saler le chemin sur lequel vont circuler vos engins de chantier.

4. Rangez le matériel


Les grues et les outils métalliques représentent un réel danger car ils attirent la foudre, qui peut déclencher des incendies. Les fortes pluies durant les orages peuvent aussi provoquer des inondations. Laisser le matériel sur le chantier durant des intempéries, un orage ou quand les températures descendent en-dessous de 0°, c'est prendre le risque de le rendre défectueux. Le rangement du matériel en lieu sûr vous permet également de le préserver des vols sur les chantiers.


5. Empilez les couches de vêtements


Des températures qui descende en-dessous de - 5° en hiver, c'est un ressenti de -15° en cas de vent. Pour vous protéger du froid, la meilleur solution est d'avoir une tenue de travail adaptée et d'empiler les couches de vêtements chauds.

📌 

Ces articles pourraient vous intéresser

Chômage intempéries : soyez indemnisé des chantiers à l'arrêt

Comment se protéger de la chaleur sur les chantiers ?

👷 Le Conseil du Pro : pensez à l'attestation d'intempéries !


La caisse Congés Intempéries BTP prend en charge les indemnités intempéries sur les certificats de congés. Les indemnités intempéries sont prises en compte pour le paiement des cotisations de retraite complémentaire des ouvriers. Pensez à transmettre votre attestation d’intempéries ainsi que les déclarations d’arrêt et demandes de remboursement qui justifient l’indemnisation des salariés.


Plus de 20 000 professionnels sont déjà satisfaits de notre service, n'attendez plus !


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés