Comment se protéger de l'orage et de la foudre sur un chantier ?

Adrien Maridet - Le 14/06/2022

À l'approche ou au retour de l'été, il n'est pas rare que la météo se montre capricieuse, voire incontrôlable. Les grosses chaleurs sont parfois suivies de violents orages et d'impacts de foudre. Pour vous, artisans du BTP, travailler en extérieur peut donc devenir dangereux. Quels sont les risques sur un chantier ? Comment protéger les ouvriers, les matériaux et engins face aux intempéries ? Évacuation des salariés les plus exposés, paratonnerres au sommet des grues... Voici 5 conseils pour bien réagir dans de telles situations !


Recevez des offres sérieuses de chantiers pour développer votre activité !


Orage et foudre : quels sont les risques sur un chantier ?

De fortes intempéries peuvent causer d'importants dégâts sur un chantier, rendant particulièrement vulnérables les salariés évoluant en extérieur, mais aussi le matériel mobilisé sur place. Lors d'un orage, qui peut être de grêle, les éclairs successifs et les décharges de foudre peuvent avoir des conséquences dramatiques. Voici les risques majeurs qui peuvent découler de ces phénomènes climatiques exceptionnels et auxquels peuvent être confrontés les salariés du BTP :

  • un effondrement d'échafaudages, de bâtiments, de toits, de grues, de nacelles... pouvant entraîner l'écrasement de travailleurs ;
  • des bris de vitres ou de branches et un déracinement d'arbres ;
  • des pannes de courant, des surtensions électriques, des électrocutions, des incendies, causés par des bris de lignes électriques ;
  • d'importantes chutes pour les ouvriers travaillant en hauteur ;
  • de graves blessures pouvant entraîner la mort pour les personnes électrocutées frappées par la foudre ou situées à proximité de l'impact : spasmes et paralysies musculaires, crise de tétanie, arrêt cardiaque ou respiratoire, brulures externes et internes sévères, lésions neurologiques, auditives ou oculaires... ;
  • des dysfonctionnements et destructions d'engins de chantier et d'équipements causées par les impacts de foudre et de grêle ou par les débris et autres projections.

⚠️
Attention :
Dans le cas d'un orage survenant sur un chantier du BTP, le risque d'électrocution est réel "pour toute personne, surtout si elle stationne à l'air libre ou circule sur une structure élevée, si elle se trouve en contact avec une structure métallique et avec le sol extérieur, ou même si elle en est proche (moins de 3 mètres)", précise l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP).


Intempéries sur un chantier : 5 précautions à prendre

Ce n'est pas nouveau, la météo peut s'avérer très contraignante pour les professionnels du BTP, avec des chantiers qui peuvent rapidement être stoppés et prendre du retard. Face aux éléments qui se déchaînent, il est primordial de ne prendre aucun risque et de s'assurer que les ouvriers travaillant en extérieur sont en sécurité. Pour cela, chacun doit être bien préparé afin de réagir vite en cas de danger. Voici les principaux moyens de protection à mettre en place pour se prémunir de l'orage et de la foudre :

1. Faites évacuer vos salariés

Vous pouvez être amené à interrompre vos chantiers de façon temporaire et à adapter les heures de travail de vos salariés. Mais avant tout, vous avez l’obligation de garantir la sécurité de vos salariés. Prenez pour cela des mesures de prévention en vous informant sur les risques d’orages.

Les grutiers et les ouvriers situés en hauteur, notamment ceux évoluant sur des échafaudages, sont particulièrement exposés. Ils doivent être immédiatement évacués le plus loin possible des engins et des installations de grande taille et isolées. Prévoyez et définissez en amont un lieu sûr dans lequel vos employés peuvent se mettre à l’abri "dès les signes avant-coureurs de l'orage", rappelle l'OPPBTP.

⚠️
Important :
Si le conducteur d'une grue n'a pas le temps de quitter son poste de conduite, il ne doit en aucun cas tenter de le faire pendant l'orage. Il sera plus en sécurité "s'il reste dans la cabine, à condition de ne pas toucher les commandes". Les collaborateurs travaillant à découvert et pris au dépourvu doivent, dans l'idéal, se réfugier dans un véhicule ou un engin de chantier. Et ce, sans courir, ni faire des grands pas. Par ailleurs, le temps de se mettre à l'abri, ils doivent veiller à ne pas toucher d'objets métalliques et à ne pas utiliser leur téléphone portable.

2. Anticipez le risque d'orage

Pour ne pas mettre en danger vos salariés et mieux prévoir le risque d'orage, des capteurs météo peuvent se charger de mesurer le champ électrique et vous prévenir en cas de menace orageuse. Sur un chantier, ce système extérieur parafoudre est relié à des alarmes sonores et visuelles qui vous permettent d'évacuer vos salariés les plus exposés à la foudre (grutiers, couvreurs...) et de mettre en sécurité l'ensemble des intervenants.

Une autre possibilité est de souscrire à un système de détection des orages et de prévention du risque de foudre, qui vous permet de prendre les précautions nécessaires pour protéger en amont vos équipes et vos infrastructures. Certains services, comme l'Alerte foudre de l'entreprise Météorage, ne nécessitent aucune installation ou maintenance. Vous êtes averti par mail, par SMS ou par téléphone d'un début et d'une fin d'alerte pour chaque événement climatique constaté.

📌 
Cet article peut aussi vous intéresser :
Comment se protéger de la chaleur sur les chantiers ?

3. Assurez la sécurité des installations

Les systèmes parafoudres de type 1 fonctionnent de manière répétitive et permettent d’éviter les surtensions. Vous pouvez, par exemple, mettre en place des paratonnerres au sommet des grues afin de capter la foudre et de la conduire au sol. Pour des chantiers de construction de plusieurs années, installer des systèmes de protection des circuits électriques est fortement recommandé. En cas d’intempéries sur les chantiers, le Code du travail vous oblige à les interrompre pour des questions de sécurité.

💡
Bon à savoir :
Les articles L.4131-1 à 4 du Code du travail stipulent qu’un salarié peut exercer son droit de retrait si ce dernier estime que la situation de travail “présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé”.

4. Rangez le matériel

Les grues et les outils métalliques représentent un réel danger car ils attirent la foudre, qui peut déclencher des incendies. Les fortes pluies durant les orages peuvent aussi provoquer des inondations. Laisser le matériel sur le chantier durant des intempéries, sous un orage ou une tempête de grêle, c'est prendre le risque de voir les vitres de vos engins se briser et de les rendre inutilisables. Le rangement du matériel en lieu sûr, idéalement dans un bâtiment en dur clos et couvert ou sous des bâches en PVC, vous permet également de le préserver des vols sur les chantiers. Pour les chantiers d'ampleur, un container de stockage peut aussi être très utile pour entreposer du matériel et des équipements en toute sécurité.

👉
À noter :
Il est impératif que tout engin frappé par la foudre soit examiné par son constructeur, avant d'être remis en service. Il se chargera notamment de réaliser la mise à la terre de l'engin. Dans tous les cas, les installations doivent être régulièrement inspectées.

5. Dégagez les accès

Les voies d’accès au chantier doivent impérativement être dégagées afin de pouvoir déplacer les véhicules et le matériel et d’évacuer rapidement les lieux en cas de phénomènes météorologiques dangereux.


Plus de 20 000 professionnels sont déjà satisfaits de notre service, n'attendez plus !


👷 Le Conseil du Pro : recourez aux congés intempéries !

Dans le cas d'aléas climatiques exceptionnels, l'employeur peut décider d'interrompre un chantier pour protéger ses salariés des risques encourus. La caisse Congés Intempéries BTP prend en charge les indemnités intempéries sur les certificats de congés. Les indemnités intempéries sont prises en compte pour le paiement des cotisations de retraite complémentaire des ouvriers. Pensez à transmettre votre attestation d’intempéries ainsi que les déclarations d’arrêt et demandes de remboursement qui justifient l’indemnisation des salariés.

Références :


Dans la même rubrique

Derniers articles publiés

 

Confidentialité