Passoires thermiques : les logements G+ interdits à la location

Dans cet article :

    Mauvaise nouvelle pour les propriétaires de logements locatifs mal isolés. C’est officiel, les passoires thermiques les plus énergivores classées G au diagnostic de performance énergétique (DPE) sont interdites à la location depuis le 1er janvier 2023. Il s’agit de la première étape du plan du Gouvernement pour éradiquer les passoires thermiques du parc locatif d'ici 2028.

    Une passoire thermique, qu'est-ce que c'est ?

    On appelle communément "passoire thermique" ou "passoire énergétique" un logement concerné par des déperditions d'énergie très importantes, qui devient très difficile à chauffer en hiver et à rafraîchir en été. Il s'agit le plus souvent de maisons individuelles anciennes à l'isolation inexistante ou très faible et qui n'ont, dans la plupart des cas, jamais été rénovées.

    déperditions chaleur maison

    Jusqu'à 30 % des déperditions de chaleur d'une habitation mal isolée se font par le toit


    Il n'a jamais été aussi économique de réaliser vos travaux avec les aides de l’État, n'attendez plus pour passer à l'action !


    Les pires logements classés G interdits à la location depuis début 2023

    Le projet du Gouvernement d’interdire à la location les biens mal isolés se concrétise. En effet, un décret publié au Journal officiel du 13 janvier 2021 a annoncé l'exclusion du parc locatif des logements dont la consommation énergétique finale est supérieure à 450 kWh/m² de surface habitable et par an. Et ce, depuis le 1er janvier 2023.

    Il s’agit donc des maisons ou appartements les plus énergivores notés G au DPE, appelés aussi G+, qui ne répondent plus aux critères de “décence” fixés par le décret et qui ne peuvent donc plus être proposés à la location. Cette mesure concerne les logements loués vides ou meublés à usage de résidence principale du locataire et "ne s'applique qu'aux nouveaux contrats de location conclus à compter du 1er janvier 2023", précise l'exécutif.

    👉 D'après l'Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE), le parc immobilier français compte plus de 500 000 logements très énergivores et "indécents". 140 000 biens sont issus du parc locatif privé et près de 51 000 font partie du parc social. Les propriétaires de ces maisons et appartements, s'ils n'ont pas été rénovés à temps, ne sont plus en droit de conclure de nouveaux contrats de location depuis le 1er janvier 2023, ni de renouveler ou reconduire un bail. Les 320 000 logements restants sont occupés par leurs propriétaires et ne sont donc pas soumis à cette obligation de travaux.

    📌
    Prolongez votre lecture autour de cet article :
    Interdiction location passoires thermiques : quelles exceptions ?

    Passoires thermiques : un plan d’action en 4 étapes pour les éradiquer

    Après cette première étape mise en place depuis début 2023, l’interdiction de louer concernera tous les logements classés G au DPE au 1er janvier 2025. Les exigences liées à la performance énergétique vont encore davantage se durcir à partir du 1er janvier 2028, date à laquelle les logements notés F ne pourront plus être proposés à la location.

    Si rien ne change d'ici là, l'ensemble des passoires thermiques aura donc disparu du parc locatif français en 2028. Les biens associés aux classes énergétiques F et G représentent 17 % du parc actuel, soit 5,2 millions de logements sur les 30 millions de résidences principales que compte la France au 1er janvier 2022. 

    Mais ce n'est pas tout, puisqu'à partir du 1er janvier 2034, les logements classés E, soit plus de 2,5 millions de biens, ne pourront plus être mis en location sans travaux d’amélioration de leur performance énergétique. Ainsi, à cette date, pour qu'un logement soit considéré comme décent et suffisamment performant pour être loué, il devra disposer d'une étiquette énergie comprise entre A et D.

    Voici un tableau récapitulatif des échéances du calendrier d'interdiction de location des passoires thermiques, instauré dans le cadre de la loi Climat du 22 août 2021.


    Depuis le 1er janvier 2023
    À partir du 1er janvier 2025
    À partir du 1er janvier 2028
    À partir du 1er janvier 2034
    Location à usage de résidence principale
    Interdiction de louer un logement classé G (ou G+), si sa consommation énergétique finale est supérieure à
    450 kWh / m² / an
    Interdiction de louer tous les logements classés G
    Interdiction de louer tous les logements classés F
    Interdiction de louer tous les logements classés E


    Quels sont les recours du locataire ?

    Depuis le 1er janvier 2023, les annonces de location et le DPE qui les accompagne sont directement contrôlés par les agences immobilières chargées de la location des biens.

    Quant aux locations qui se font directement entre les particuliers, le locataire peut se retourner contre le propriétaire bailleur en cas de manquement à ses obligations de réaliser les travaux de rénovation énergétique, indispensables pour que le logement loué réponde aux conditions de décence.

    📌
    Cet article peut aussi vous intéresser :

    Passoire thermique : un audit énergétique exigé au 1er avril 2023

    Le propriétaire risque-t-il des sanctions ?

    Sans accord amiable ou réponse du bailleur dans un délai de 2 mois, le locataire est en droit de saisir la commission départementale de conciliation ou de faire appel au juge civil, qui peut contraindre le propriétaire à engager les travaux nécessaires à la mise en conformité du bien. Dans ce cas, le juge détermine avec le propriétaire la nature des travaux à effectuer et fixer le délai et les modalités de leur exécution.

    En parallèle, d'autres sanctions peuvent être ordonnées si un logement ne satisfait pas au seuil minimal de performance énergétique requis. Le juge peut ainsi demander une réduction du montant du loyer payé par le locataire, voire la suspension de son versement jusqu'à la réalisation des travaux.

    💡
    Bon à savoir :
    Dans le cadre de la loi Climat et résilience, le loyer d'un logement énergivore classé F ou G ne peut pas être revu à la hausse depuis le 24 août 2022. Que ce soit au moment de la signature d'un nouveau contrat de location ou en cours de bail. Cette règle s'applique aux logements loués vides et meublés à usage de résidence principale du locataire, aussi bien pour les contrats de location conclus que pour ceux ayant été renouvelés ou tacitement reconduits.

     😉 Le Conseil Habitatpresto : n’attendez pas pour engager les travaux !

    Propriétaires, n’attendez pas pour vous lancer dans les travaux de rénovation énergétique ! De nombreuses aides de l’État sont disponibles pour vous aider dans ce projet et vous inciter à rénover votre logement mal isolé et ainsi réduire votre consommation énergétique. C'est notamment le cas du dispositif MaPrimeRénov’, alors, renseignez-vous !


    Seul un professionnel labellisé RGE pourra vous faire bénéficier des aides aux travaux !


    Références :

    Isolation Part Rénovation complète
    Adrien Maridet

    Adrien Maridet

    Rédacteur web Habitatpresto

    Adrien, rédacteur web pour Habitatpresto. Fort de mon expérience de journaliste (un métier “passion” que j’ai eu la chance d’exercer pendant six ans), j’aime rechercher, recueillir, recouper et vulgariser l’information sur des sujets divers et variés. J’espère vous aider à travers mes conseils ou bons plans à trouver des réponses à vos questionnements autour de votre ou vos projets à venir.

    Combien de temps faut-il pour toucher MaPrimeRénov' ?

    MaPrimeRénov' permet de financer des travaux de rénovation énergétique. Une fois le dossier instruit, elle est versée sous 15 jours après la fin du ch...

    Lire la suite

    MaPrimeRénov' Copropriétés : montant & travaux éligibles

    MaPrimeRénov' Copropriétés permet de financer des travaux dans les parties communes d'une copropriété. C'est un moyen de réduire les charges locatives...

    Lire la suite

    Passoire thermique : un audit énergétique exigé au 1er avril 2023

    Le Gouvernement a annoncé le report de l'obligation d'audit énergétique, en cas de vente d'un logement classé F ou G et qualifié comme passoire thermi...

    Lire la suite

    MaPrimeRénov' rénovation globale : bénéficiaires, montant & travaux

    Le dispositif s'adresse aux ménages disposant de revenus intermédiaires (MaPrimeRénov' violet) ou aux foyers considérés comme aisés (MaPrimeRénov' ros...

    Lire la suite

    Action Logement : 5 aides pour financer vos travaux

    Action Logement propose 5 aides pour financer vos travaux. Découvrez-les, ainsi que leurs conditions d’éligibilité !

    Lire la suite

    MaPrimeRénov' Jaune : éligibilité et montants en 2023

    MaPrimeRénov’ Jaune s'adresse aux ménages modestes qui veulent effectuer des travaux de rénovation. Travaux éligibles, montant de l'aide... On vous di...

    Lire la suite

    Commentaires

     

    Confidentialité