Prix du gaz en mai 2022 : les tarifs bloqués jusqu'à fin 2022

Actu - Bonne nouvelle pour le pouvoir d'achat des Français ! Après une hausse de 5,3 % en août et de 8,7 % en septembre, les tarifs réglementés du gaz ont continué de s'envoler, avec une nouvelle augmentation moyenne de 12,6 % au 1er octobre 2021. Face à cette hausse vertigineuse des prix de l'énergie, le Gouvernement a instauré un bouclier tarifaire, qui est entré en vigueur le 1er novembre et prévoit un blocage des prix du gaz naturel, non plus jusqu'au 30 juin 2022, comme annoncé initialement, mais bien jusqu'à la fin de l'année 2022. Détails.

👉
Dernière actu :
Dans le contexte de flambée des prix de l'énergie, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, le 30 septembre, la mise en place d'un 
bouclier tarifaire, afin de "prémunir les Français contre ces hausses des tarifs". De ce fait, les tarifs réglementés du gaz sont bloqués depuis le 1er novembre et ne devaient, initialement, pas augmenter jusqu'en avril 2022. "Concrètement, il n'y aura plus d'augmentation du prix du gaz (lors des 6 prochains mois, NDLR). Tout l'hiver prochain, le tarif réglementé du gaz ne dépassera jamais celui d'octobre 2021", avait assuré le chef du Gouvernement. Finalement, l'exécutif a décidé de geler les prix du gaz jusqu'à la fin de l'année 2022 (et donc plus jusqu'au 30 juin), comme annoncé par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, le 1er mars 2022, sur Franceinfo.

Une décision qui s'explique par "une décrue des prix (des cours mondiaux du gaz, NDLR) bien plus lente que prévu". La hausse des tarifs a de grandes chances de s'accentuer encore ces prochaines semaines en raison de la guerre lancée par la Russie, en Ukraine, et ce, même si "seulement 20 % du gaz qui est importé par la France provient de Russie". Ce blocage des prix est une bonne nouvelle pour les 5 millions d'abonnés au gaz concernés par ces tarifs réglementés, qui devront néanmoins, à compter de début 2023, payer leur gaz légèrement plus cher que les cours du marché mondial, pour compenser les sommes non versées par les consommateurs en 2022.


👉 Pour le mois de mai 2022, les tarifs applicables n'évoluent pas et restent identiques à ceux en vigueur depuis le 1er octobre 2021. Ainsi, les ménages disposant d'un contrat gaz au tarif réglementé chez Engie, d'un contrat à prix fixe ou d'un contrat dont les prix sont indexés sur les tarifs réglementés ne subiront aucune hausse, non plus jusqu'au 30 juin, mais bien jusqu'à fin 2022. Sans ce blocage, en prenant en compte les barèmes applicables pour les tarifs réglementés de vente de gaz naturel d'Engie, le niveau moyen des prix du gaz au 1er mai 2022 aurait été "supérieur de 86,80 % HT, soit de 78,30 % TTC comparé à celui en vigueur depuis le 1er octobre 2021". Par rapport au barème théorique d'avril 2022, les tarifs réglementés auraient dû augmenter en moyenne de 34,30 % HT, soit de 31,80 % TTC, début mai.


⚠️
Le bouclier tarifaire sur le gaz étendu aux copropriétés et logements HLM..., mais aussi à certaines entreprises

Alors que les prix du gaz ont quadruplé depuis 2019 et sont 6 fois plus élevés qu'en 2020, le Gouvernement a décidé, le 16 février, d'étendre le bouclier tarifaire sur le gaz, instauré fin septembre 2021. De ce fait, 5 millions de ménages habitant dans un logement équipé d'un chauffage collectif (2 millions d'entre eux résident dans un logement HLM, NDLR), exclus jusqu'alors, vont pouvoir profiter du dispositif d'aide d'urgence. Cette "extension du dispositif de compensation des fournisseurs de gaz a été introduite dans la loi de Finances pour 2022", précise l'exécutif dans un communiqué de presse

De ce fait, "les logements chauffés au gaz et non éligibles aux tarifs réglementés de vente vont pouvoir bénéficier d'une compensation visant à couvrir la hausse des prix du marché", souligne Bercy. Cette mesure s'applique donc aux résidents de copropriétés, mais aussi aux locataires de logements sociaux, de HLM ou ceux chauffés par un réseau de chaleur utilisant du gaz naturel. Concrètement, "cette compensation apportera aux ménages concernés une aide équivalente au blocage des tarifs réglementés du gaz du 1er octobre 2021 au 30 juin 2022" et "sera répercutée automatiquement sur leurs charges". Ainsi, ces derniers n'auront aucune démarche à effectuer.

En parallèle, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé vouloir permettre à "certaines entreprises", à ce jour exclues du dispositif, de bénéficier du bouclier tarifaire, qu'il souhaite prolonger jusqu'à fin 2022. Ce dernier serait étendu à celles qui "consomment beaucoup de gaz et qui sont exposées à la concurrence internationale", a-t-il précisé, le 1er mars, sur Franceinfo. "Nous allons voir avec les entreprises les plus fragiles si une action est nécessaire et nous le ferons au niveau européen". La mise en place d'un bouclier tarifaire "global, pour toutes les entreprises" n'est, en revanche, pas à l'ordre du jour. "Notre responsabilité, c'est de protéger les particuliers, les ménages, c'est la priorité absolue", a confirmé Bruno Le Maire.



Tarifs réglementés : une hausse de 12,6 % au 1er octobre 2021

L'augmentation du prix du gaz se poursuit en 2021, puisqu’il s’agit de la sixième hausse mensuelle consécutive. À ce titre, les tarifs réglementés HT de vente de gaz d’Engie ont grimpé de 57,24 % depuis janvier 2021, note la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Une annonce qui ne devrait pas forcément satisfaire les abonnés, alors que le Gouvernement a déjà décidé d’une nouvelle hausse du prix de l’électricité de 0,48 % au 1er août. Près de 50 % des consommateurs résidentiels abonnés au gaz, sur les 10,5 millions que compte la France, sont concernés par cette augmentation des tarifs réglementés, soit environ 5 millions de foyers, précise la CRE. Ces derniers sont fixés par les pouvoirs publics, après proposition de la CRE.

👉
À noter :
Pour aider les 5,8 millions de ménages les plus précaires à faire face à cette hausse vertigineuse des prix de l'énergie, l'exécutif a versé, fin décembre 2021, un chèque énergie "exceptionnel" d'une valeur de 100 €. Ce dernier sera accepté par les fournisseurs d'énergie jusqu'au 31 mars 2023. En parallèle, Bercy "réfléchit à des mesures complémentaires pour alléger la facture" des consommateurs, a indiqué le porte-parole du Gouvernement, Gabriel Attal, le 28 septembre.


Seul un professionnel est habilité pour installer, dépanner et entretenir votre chaudière gaz !


⚠️ 
Important :
Pour rappel, seuls les foyers abonnés à une offre de gaz aux tarifs réglementés d’Engie sont concernés par cette augmentation. Les prix resteront inchangés pour les abonnés à une offre à tarif fixe.

Selon votre utilisation du gaz, cette augmentation va se traduire d’une manière différente :

  • + 4,5 % pour les ménages utilisant simplement le gaz de cuisson (tarif base) ;
  • + 9,1 % pour un usage cuisson et production d’eau chaude sanitaire (tarif B0) ;
  • + 14,3 % pour un usage de chauffage individuel (tarif B1) ;
  • + 16,1 % pour les copropriétés utilisant une chaudière à gaz (tarif B2i).


Comment expliquer cette hausse des tarifs réglementés du gaz ?

Loin d'être épargnée par cette flambée des prix, la France pâtit du fait qu'elle "ne dispose pas de gaz sur son territoire et importe 99 % de sa consommation de gaz naturel". Elle se retrouve donc "exposée, comme le reste de l'Europe, aux variations des prix des marchés européens et mondiaux", soutient la CRE.

Cette nouvelle hausse prévue en octobre s’explique notamment par la reprise de l’activité économique mondiale, notamment en Asie. Qui dit forte demande, dit automatiquement forte hausse des cours mondiaux, et donc du prix du gaz, qui n’avait pas été aussi cher depuis janvier 2015.

De plus, les stocks de gaz naturel en Europe, particulièrement sollicités l'hiver dernier, sont à un niveau bien plus faible (jusqu’à 40 % plus bas) que la moyenne habituelle à cette période. Ceci se justifie notamment par un hiver particulièrement rigoureux et un printemps où la consommation de gaz a encore été importante, du fait de températures en dessous des normales de saison.

Par ailleurs, les principaux fournisseurs de gaz naturel de la France, que sont notamment la Norvège et la Russie, ne sont pas en capacité d'augmenter leurs exportations afin de répondre à cette forte demande.

Hélas, selon la CRE, cette hausse était prévisible et "ces niveaux de prix très élevés pourraient se maintenir" sur plusieurs mois encore, au moins "pendant l'automne 2021 et l'hiver 2021-2022". Et ce, avant "une baisse prévue à partir du printemps et de l'été 2022, et un retour à la normale attendu pour l'année 2023", estime-t-elle. Quoi qu'il en soit, "la CRE étudie, avec la Direction générale de l'énergie et du climat, des solutions pour passer l'hiver et profiter de la baisse des prix de gros prévue à partir du printemps", souligne l'instance.

💡
Bon à savoir :
Les tarifs réglementés du gaz sont voués à disparaître d’ici au 1er juillet 2023, dans le cadre de la loi Pacte.
 

😉 Le Conseil Habitatpresto : faites jouer la concurrence !

Pour faire des économies sur le long terme, les ménages ont tout intérêt à faire jouer la concurrence pour réduire leur facture de gaz. Le plus simple est de faire une simulation avec un comparateur d’offres de gaz en ligne. Vous avez également la possibilité de faire un achat groupé pour négocier des tarifs avantageux.


📌
Vous aimerez aussi cet article :
Comment bien choisir votre chaudière gaz à condensation ?


Votre chaudière commence à dater ? Passez à un modèle à condensation pour faire jusqu’à 40 % d’économies d’énergie ! 

Références :

Chauffage Part
Adrien Maridet

Adrien Maridet

Rédacteur web Habitatpresto

Adrien, rédacteur web pour Habitatpresto. Fort de mon expérience de journaliste (un métier “passion” que j’ai eu la chance d’exercer pendant six ans), j’aime rechercher, recueillir, recouper et vulgariser l’information sur des sujets divers et variés. J’espère vous aider à travers mes conseils ou bons plans à trouver des réponses à vos questionnements autour de votre ou vos projets à venir.

Quel est le prix d'une chaudière à granulés ? Tarif moyen & aides

Le prix d'une chaudière à granulés va varier entre 9 000 et 25 000 € en fonction du modèle choisi, de sa puissance et des options choisies.

Lire la suite

4 raisons de remplacer sa chaudière fioul par une pompe à chaleur

Faire des économies d'énergie, bénéficier d'un meilleur confort, la pompe à chaleur remplace idéalement une chaudière fioul !

Lire la suite

Chauffe-eau solaire : prix réels, économies et aides de l'Etat

Un chauffe-eau solaire individuel coûte en moyenne 5 500 € pour une famille de 4 personnes. Détail des coûts, économies et aides dans cet article.

Lire la suite

3 alternatives convaincantes à la chaudière à fioul

A partir du 1er juillet 2022, il ne sera plus possible d’installer une chaudière au fioul. Découvrez les alternatives possibles pour remplacer votre c...

Lire la suite

Pompe à chaleur : quelles aides pour s'équiper en 2022 ?

Vous envisagez d'installer une pompe à chaleur chez vous ? Voici les aides qui vont vous permettre d'amortir le coût de votre investissement !

Lire la suite

Remplacement de chaudière : quelles aides de l'État en 2022 ?

Changer de chaudière coûte très cher ! Mais grâce aux aides de l'État, vous pouvez faire baisser considérablement la facture. On vous explique tout !

Lire la suite
 

Confidentialité