Confidentialité

Isolants minces : tout savoir sur ces isolants multicouches

Isolants minces : tout savoir sur ces isolants multicouches

Isolants minces : tout savoir sur ces isolants multicouches

Une habitation dotée d'une mauvaise isolation (murs, toiture...) est très gourmande en énergie, avec des déperditions de chaleur qui peuvent grimper jusqu'à 25 à 30 %. Néanmoins, refaire toute l’isolation d’une maison ou d’un appartement a un coût. C’est dans ce contexte que se sont popularisés les isolants minces, aussi appelés produits réfléchissants minces (PMR), isolants minces réflecteurs (IMR), isolants multicouches, films minces ou encore isolants thermo-réflecteurs. Souvent présentés comme une solution miracle, cette technologie est-elle réellement à la hauteur de ses promesses ? Est-elle vraiment capable de concurrencer les isolants traditionnels plus encombrants comme les laines minérales ? On vous dit tout !


Pour des travaux d'isolation au juste prix, veillez à comparer plusieurs devis de professionnels !


Sommaire :

Qu'est-ce qu'un isolant mince multicouche ?

Un isolant mince est en fait une sorte de sandwich composé de fines couches superposées de différents isolants. Le tout est compressé entre deux films de matière aluminium. Ce sont eux qui donnent au produit cette ressemblance frappante avec les couvertures de survie. Cette surface extérieure argentée et brillante permet, grâce à ses propriétés, de réfléchir le rayonnement thermique de l’habitation.

Les PMR sont considérés comme des isolants complémentaires

Intégrés à ces couches centrales, les isolants utilisés sont très divers : depuis les films de polyéthylène à bulles jusqu'aux laines minérales, en passant par les feutres d’origine animale ou végétale ou encore les mousses synthétiques. Attention, la composition change du tout au tout d’un isolant mince à l’autre, il faut donc bien se renseigner avant de faire son choix 

Trois éléments sont déterminants pour anticiper la qualité de l’isolant multicouche :

  1. la nature et les propriétés des matériaux au niveau des différentes couches ;
  2. le nombre de couches intermédiaires ;
  3. la qualité et la configuration de la pose de l’isolant, notamment le nombre de lames d’air envisagé.

L’empilement des couches de ces matières isolantes est pensé pour prendre le moins de place possible : l’isolant ne fait souvent pas plus de quelques centimètres d’épaisseur, parfois seulement quelques millimètres (entre 5 mm et 3 cm) ! De ce fait, on est loin des 25 à 30 cm d’épaisseur de laine minérale utilisée dans une isolation classique. 

L’isolant mince est disponible sous forme de rouleaux très simples d’emploi, dans les grandes surfaces de bricolage et les magasins spécialisés. Et ici encore, le choix est grand entre les grandes enseignes de bricolage (Castorama, Leroy Merlin, Brico Dépôt...), la meilleure idée reste donc de faire le tour des enseignes afin de comparer leurs offres et leurs produits !

Les revendeurs ont souvent cherché à faire passer les isolants multicouches comme une solution miraculeuse, mettant volontiers en avant son développement par l’industrie aérospatiale en gage de qualité et de modernité, jurant que cette nouveauté irait jusqu'à remplacer les isolants classiques. Pourtant, la performance thermique d’un isolant mince est décevante. Sa résistance thermique totale se situe généralement entre 0,5 et 2 m²K/W, ce qui en fait un isolant de complément.

Quels sont les principales caractéristiques d'un isolant mince ?

Les avantages d'un isolant mince

Les nombreux avantages d’un isolant multicouche en font une solution à envisager pour vos travaux de rénovation :

  • Comme son nom l’indique, l’isolant mince permet un vrai gain de place. Sa fine épaisseur est un réel avantage pour améliorer l’isolation des espaces restreints comme des combles ou une petite pièce tout en sacrifiant un minimum d’espace habitable !
  • Il est très facile à poser du fait de sa souplesse et de son conditionnement en rouleaux. Pour ce faire, il suffit simplement d’un cutter et d'agrafes adaptées. Certains produits promettent d’être encore plus pratiques : soit à coller directement sur les murs intérieurs, soit sous forme de papier peint isolant ! Dans tous les cas, cette facilité d’utilisation le rend pratique pour tout un nombre de travaux d’isolation : la porte du garage, les combles ou encore sous le carrelage. Des vidéos tutorielles sur internet pourront vous montrer les bons gestes pour réussir à poser l’isolant mince correctement. 
  • L’isolant multicouche est particulièrement efficace l’été pour limiter la surchauffe dans votre habitation. 
  • Ce sont des matériaux reconnus comme très résistants, que ce soit au feu, à l’humidité ou aux rongeurs. Isolant mince ne veut donc pas dire isolant fragile !
  • Les isolants multicouches ne sont pas toxiques et ne représentent aucun danger pour la santé. Contrairement à la laine de verre par exemple, ils n'émettent pas de poussière et ne sont pas irritants.
  • Ils constituent un isolant de complément très intéressant, aussi bien du fait de leur simplicité d’usage que de leurs propriétés.

📌
Vous aimerez aussi cet article :
Isolation du garage : 4 solutions contre le froid et le bruit

Les inconvénients d'un isolant mince

Attention, les isolants multicouches ne sont pas pour autant une solution miracle, et ils présentent des inconvénients qu’il est préférable d’avoir en tête avant de vous lancer dans votre projet :

  • La performance thermique des isolants minces n’est pas optimale. En effet, leur résistance (déterminée par leur conductivité thermique et leur épaisseur) ne leur permet pas, à eux seuls, de respecter les exigences de la Réglementation thermique (RT) 2012 (amenée à être remplacée par la Réglementation environnementale 2020 à compter du 1er janvier 2022), qui pose les conditions à respecter en termes d’isolation des bâtiments. Une fois encore, il est donc plus judicieux d’opter pour un isolant mince en complément d’une isolation déjà existante !
  • La performance d’isolation phonique laisse quant à elle clairement à désirer. Les propriétés des isolants minces sont de ce point de vue très décevantes.
  • Un isolant mince est particulièrement sensible à la poussière et à son accumulation. En effet, les dépôts viennent directement nuir à sa propriété de réfléchissement qui constitue pourtant un de ses grands avantages !
  • C’est en période de grand froid que l’isolant multicouche montre de réelles limites en termes de capacité d’isolation. Il serait, au moment des pics de froid, 2 à 3 fois moins efficace qu’un isolant classique.

💡
Bon à savoir :
Le coût à l’achat d'un isolant mince reste assez accessible. Son prix s'élève en moyenne entre 5 et 25 € le m². Les isolants minces sont le plus souvent vendus sous la forme de rouleaux qui peuvent couvrir, pour chacun d'entre eux, entre 5 et 15 m². A cela, il faut ajouter le coût de la pose, si vous faites appel à un professionnel, qui est généralement compris entre 35 et 55 € l'heure.

Tableau récapitulatif des principaux avantages et inconvénients d'un isolant mince


Avantages

Inconvénients


  • gain de place (isolant très fin) ;
  • facile à poser (matériel requis, souplesse de l'isolant) ;
  • pratique pour les surfaces difficiles à isoler (combles, portes) ;
  • robuste et résistant au feu ;
  • résistant à l'humidité et aux rongeurs ;
  • ni toxique, ni irritant, pas d'émission de poussière ;
  • pare-vapeur, bonne efficacité l’été



  • isolation thermique de complément ;
  • mauvaise isolation phonique ;
  • prix à l'achat comparable à un isolant classique ;
  • sensible à l'accumulation de poussière ;
  • peu efficace en période de grand froid ;
  • ne répond pas aux exigences RT 2012 en termes de résistance thermique et ne sont donc pas éligibles aux différentes aides à la rénovation énergétique (Prime énergie, TVA à taux réduit, éco-prêt à taux zéro...)


👉
A noter :
Des organismes officiels évaluent et publient leurs conclusions concernant les différents matériaux isolants. C’est le cas de l’Association pour la certification des matériaux isolants (Acermi) ou encore du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Avant de vous décider, c'est l'occasion pour vous d'aller plus loin et de bénéficier d'informations complémentaires sur ces isolants minces.

Comment bien poser un isolant mince ? 

Faire le choix d’un isolant mince est une chose, savoir le poser correctement en est une autre ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la qualité de l’isolation dépend directement de celle de la pose

Voici les 6 étapes et conseils de base pour vous aider à ne pas faire d’erreurs, si vous décidez de poser, vous-même, votre isolant mince :

  1. Découper l’isolant multicouche au millimètre près et le tendre au maximum au moment de la pose, de façon à éviter les ponts thermiques ;
  2. Fixer proprement l’isolant, soit à l’aide d’agrafes, soit de tasseaux ;
  3. S’assurer que le résultat est étanche, notamment à l’aide d’un adhésif aluminium ;
  4. Ne pas oublier de placer les lames d’air des deux côtés de l’isolant : l’isolation en dépend !
  5. Toujours penser à placer l’isolant mince du côté intérieur, celui de la chaleur afin d’éviter le risque de condensation, qui pourrait, à terme, endommager votre charpente ;
  6. Ne pas oublier l’aération et la ventilation.

Vous n'êtes pas du tout bricoleur ? Pas d'inquiétude, faites appel à un professionnel pour vos travaux d'isolation !


😉 Le Conseil Habitatpresto : confiez vos travaux à un professionnel !

Pour des travaux réalisés dans les règles de l'art, il est recommandé de confier l'isolation de votre logement à un professionnel qualifié ! Même si vous êtes un bon bricoleur et que la pose d'un isolant mince n'est pas un obstacle insurmontable, rien ne remplace l'expertise et le savoir-faire d'un artisan ! D'autant plus qu'un isolant mince mal posé voit ses performances thermiques être nettement réduites ! Quoi qu'il en soit, si vous optez pour ce matériau, considéré comme un isolant de complément, vous ne serez pas éligibles aux aides financières de l'Etat, et ce, même si vous faites appel à un professionnel RGE.


Références :

Isolation Part
Adrien Maridet

Adrien Maridet

Rédacteur web Habitatpresto

Adrien, rédacteur web pour Habitatpresto. Fort de mon expérience de journaliste (un métier “passion” que j’ai eu la chance d’exercer pendant six ans), j’aime rechercher, recueillir, recouper et vulgariser l’information sur des sujets divers et variés. J’espère vous aider à travers mes conseils ou bons plans à trouver des réponses à vos questionnements autour de votre ou vos projets à venir.

19/10/2021

Déco Halloween : 24 idées terrifiantes repérées sur Pinterest

Pour une fête d'Halloween mémorable, une décoration terrifiante est indispensable ! Salon, entrée, jardin..., ne laissez rien au hasard !

Lire la suite

19/10/2021

Cheminée qui fume : 6 raisons et leurs solutions

Votre cheminée fume ? Entre la hauteur du faîtage, un conduit bouché ou encore les entrées d'air, les causes sont multiples. Mais les solutions aussi...

Lire la suite

19/10/2021

Changement d'heure : 10 façons de profiter d’1 heure de plus

Le changement d’heure vous fera gagner une heure de plus. Profitez-en pour réaliser des tâches dont vous n’avez pas le temps de vous occuper habituell...

Lire la suite

19/10/2021

5 astuces pour lutter contre l'humidité chez soi

Traces de moisissures, condensation sur les vitres ? Votre logement est peut-être trop humide... Découvrez nos 5 astuces pour traiter le problème !

Lire la suite

19/10/2021

Installer un chauffage au bois : les bonnes questions à se poser

Si vous avez l'intention d'acheter et d'installer un chauffage au bois, découvrez ce qu'il faut prévoir avant l'achat : conduit de fumée, stockage...

Lire la suite

19/10/2021

Quand commander du bois de chauffage ? La meilleure période

Vous avez installé un chauffage au bois chez vous ? Découvrez quelle est la meilleure période pour commander votre bois de chauffage !

Lire la suite