Confidentialité

Pénurie de matériaux : le Gouvernement ouvert à la discussion

Pénurie de matériaux : le Gouvernement ouvert à la discussion

Adrien Maridet - Le 10/05/2021

Depuis plusieurs mois, le secteur du bâtiment est confronté à une pénurie de matières premières, qui entraîne une hausse vertigineuse des prix et un retard des délais de livraison. Conscient des difficultés actuelles rencontrées par les artisans, le Gouvernement se dit ouvert à la discussion et ne s'interdit pas de réviser certaines règles liées aux pénalités de retard.


Gagnez du temps sur votre recherche de chantiers avec Habitatpresto Pro ! 


Des prix qui flambent, des difficultés d'approvisionnement de plus en plus sérieuses... Certains matériaux et matières premières, comme le bois, le cuivre, l'acier ou les plastiques polyuréthane, pour ne citer qu'eux, donnent des sueurs froides aux artisans et entreprises du bâtiment. 

Tous les corps de métiers, du gros oeuvre aux travaux de finitions, se retrouvent impactés depuis de longs mois. Cette pénurie découle de la crise sanitaire liée au Covid-19, alors que les entreprises du BTP avaient été autorisées à reprendre du service peu de temps après le premier confinement, instauré par le Gouvernement le 17 mars 2020.

Ce phénomène, indépendant de la volonté des professionnels du secteur, devient préoccupant et devrait malheureusement être amené à durer jusqu'à la fin d'année 2021, avec un pic attendu au cours de l'été, craint l'exécutif. Une mauvaise nouvelle, puisque certaines entreprises se retrouvent à l'arrêt forcé, ou presque, avec, a contrario, des carnets de commandes bien remplis et une main d'oeuvre opérationnelle.

Les pénalités de retard vues comme la double peine

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est exprimé il y a peu sur la question, estimant que cette forte hausse du coût des matières premières était "très pénalisante" pour les professionnels du BTP et pouvait "créer beaucoup d'inquiétudes". Avant d'ajouter : "Regardons ensemble les mesures à prendre, notamment sur les questions de pénalités de retard. Faut-il les lever, les réduire, instaurer de nouvelles procédures ? Je suis ouvert au dialogue."

📌 
Vous aimerez aussi cet article :
RGE Chantier par chantier : l'expérimentation sur les rails

Pour s'éviter le risque de subir, en parallèle, ces pénalités de retard de la part des clients, la fédération française du bâtiment a demandé, par écrit, au ministre de l'Economie de "geler les pénalités en cas de pénurie de matériaux avérée et d'actualiser les prix à la hausse ou à la baisse, suivant leur fluctuation dans les mois qui viennent".

Même si l'exécutif a reconnu agir en faveur d'une accélération de certaines procédures douanières, afin de donner de l'air aux entreprises du bâtiment, la députée Véronique Louwagie n'a pas hésité à monter au créneau, lors de la séance des questions au Gouvernement, organisée le 4 mai, à l'Assemblée nationale. Face à cette situation inédite, elle a sollicité l'aide de Bercy pour soulager le secteur du bâtiment et estime vital que l'exécutif prenne au plus vite des mesures d'urgence. La parlementaire s'est notamment montrée favorable au fait de neutraliser les pénalités de retard et d'envisager la mise en place d'un chômage partiel, pris en charge par l'Etat.

👷 Le Conseil du Pro : suivez-nous sur nos réseaux sociaux !

Pour ne rien manquer des actualités du bâtiment, rendez-vous, sans plus attendre, sur notre page Facebook Habitatpresto Pro. Chaque semaine, la rédaction se mobilise pour vous informer des nouveautés qui touchent votre secteur !


Testez notre service pour trouver de nouveaux clients, à proximité de chez vous !


Références :



Dans la même rubrique

Derniers articles publiés