Rénovation en copropriété : 5 aides pour vos travaux

Mis à jour le 23/01/2023
Dans cet article :

    Propriétaire d’un bel appartement, vous aimeriez diminuer votre consommation énergétique et vos factures d’électricité ou de gaz. Mais dans un immeuble collectif, les aides disponibles à la rénovation sont bien méconnues et peuvent être difficiles à obtenir. Quelles sont les aides aux travaux en copropriété ? Bonne nouvelle, il y a autant d’aides de l’État disponibles que pour une maison individuelle. MaPrimeRénov', prime énergie, éco-prêt à taux zéro..., découvrez-les sans plus attendre pour réaliser vos travaux !

    👉
    Dernières actus :
    En réponse à la flambée des prix de l'énergie, exacerbée par la guerre en Ukraine, le Gouvernement a présenté, mi-mars 2022, son 
    plan de résilience économique et social. Dans ce cadre, depuis le 15 avril et jusqu'au 1er avril 2023, l'aide MaPrimeRénov' est relevée de 1 000 € pour encourager les particuliers à remplacer leur chaudière au fioul ou à gaz par une pompe à chaleur (y compris hybride) ou une chaudière biomasse. Et ce, quelle que soit la tranche de revenus du foyer. Par ailleurs, les subventions pour l'installation de nouvelles chaudières gaz sont arrêtées depuis le 1er janvier 2023.

    5 aides pour réaliser vos travaux en copropriété en 2023

    Les aides aux travaux ne sont pas réservées qu'aux propriétaires d'un logement individuel ! En effet, même si elles sont moins courantes, des subventions peuvent aussi être versées aux copropriétaires. Voici les 5 aides qui vous sont réservées :

    1. MaPrimeRénov' : une prime pour chaque demandeur

    Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) a définitivement laissé sa place au dispositif Ma Prime Rénov' le 1er janvier 2021. L'offre de l'Anah, qui était à l'origine pour les foyers modestes et très modestes, est désormais accessible à tous les ménages, dont les propriétaires d'un logement en copropriété. Néanmoins, le montant de la prime reste variable selon les revenus du demandeur.

    Les conditions suivantes doivent être remplies pour en bénéficier :

    • Le bâtiment doit avoir été construit depuis plus de 15 ans,
    • 75 % des logements doivent être des résidences principales,
    • Les copropriétés doivent être en difficulté financière,
    • L’immeuble doit présenter une étiquette énergétique entre D et G.

    Les travaux concernent uniquement les parties communes et les équipements de l’immeuble. Ils doivent permettre une amélioration de la performance énergétique de 35 % minimum.

    L’Anah propose les aides suivantes : 

    • Jusqu'à 180 € par logement pour la prise en charge d’une assistance à maîtrise d'ouvrage,
    • Une aide financière allant jusqu’à 25 % du montant HT des travaux pour les travaux de rénovation énergétique.

    Comme le rappelle le ministère de la Transition écologique, en 2023, "pour accélérer la rénovation de l’habitat collectif, le dispositif MaPrimeRénov’ copropriétés est pérennisé et est renforcé par le relèvement des plafonds de travaux finançables (de 15 000 à 25 000 €) et le doublement des primes individuelles versées aux ménages aux revenus très modestes et modestes (à respectivement 3 000 et 1 500 €)".

    Les travaux de rénovation énergétique concernés sont les suivants :

    • L’isolation de parois : murs, toits, planchers,
    • L’isolation des parois vitrées ou des accès donnant vers l’extérieur,
    • L’installation d’équipements : eau chaude sanitaire et chauffage fonctionnant aux énergies renouvelables,
    • Le raccordement à un réseau de chaleur...

    Pour des travaux au juste prix, faites faire plusieurs devis et comparez-les !


    2. La prime énergie : le vote du syndicat de copropriété est indispensable

    Pour bénéficier de la prime issue des Certificats d'économies d'énergie, le bâtiment doit avoir moins de 2 ans. Le syndicat de copropriété doit aussi consulter la liste des travaux de rénovation éligibles et les soumettre au vote de l’assemblée générale des copropriétaires.

    Les travaux éligibles sont les suivants :

    • L’isolation : toiture de l’immeuble, combles, murs, planchers des étages, plafonds des appartements...
    • L’installation d’équipement fonctionnant aux énergies renouvelables : chauffe-eau thermodynamique, chaudière gaz à condensation, pompe à chaleur...
    • Le remplacement des fenêtres
    • L'installation d'un programmateur pour les radiateurs, 
    • La pose d'un plancher chauffant dans les appartements...

    📌
    Pour aller plus loin :
    Dossier spécial aides aux travaux : subventions et aides de l'État

    3. L’éco-prêt à taux zéro : jusqu’à 50 000 € par logement

    L’éco-prêt à taux zéro permet de faciliter le paiement des travaux. L’éco-PTZ copropriété permet d’emprunter sans intérêt, un montant maximum de 50 000 € pour une rénovation globale et par logement.

    Les conditions pour y prétendre :

    • 75 % des logements doivent être des résidences principales,
    • Les bâtiments doivent être achevés avant le 1er janvier 1990.

    💡
    Bon à savoir :
    L’éco-PTZ individuel est cumulable avec l’éco-PTZ collectif !

    Les travaux de rénovation énergétiques éligibles sont les suivants : 

    • Atteindre en certain niveau d'amélioration des performances énergétiques (estimé par un bureau d'étude),
    • La réhabilitation d’un système d’assainissement non collectif,
    • L’installation ou le remplacement d’un système de chauffage avec énergie renouvelable,
    • L’installation ou le remplacement d’un système de production d’eau chaude sanitaire avec énergie renouvelable,
    • L’isolation : toit, murs,
    • Le remplacement des ouvertures : portes, fenêtres...

    4. Les aides locales : des financements provenant des collectivités

    Les collectivités territoriales (Région, Département, commune de résidence) peuvent aussi vous aider à financer vos travaux en copropriété. Pour être éligible, les conditions suivantes doivent être respectées :

    • L’immeuble doit être intégré à une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH),
    • L’immeuble doit être intégré à une Opération programmée d’amélioration thermique des bâtiments (OPATB),
    • Ou intégré à toute opération décrétée par une collectivité territoriale.

    5. L'aide d'Action logement pour les copropriétés dégradées

    Action logement propose un prêt travaux à taux préférentiel de 1 %. Il permet de financer la réalisation de travaux dans les parties communes et privatives d'un immeuble dans la limite de 10 000 €. Il est remboursable sur une durée maximale de 10 ans. Pour en bénéficier, la copropriété doit faire l’objet  :

    • d’un plan de sauvegarde 
    • Ou d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH).

    😉 Le Conseil Habitatpresto : passez par un professionnel RGE !

    Pour profiter de ces aides de l’État pour des travaux en copropriété, il est nécessaire de passer par des professionnels Reconnus garants de l’environnement (RGE).


    Passez par un professionnel pour bénéficier de la garantie décennale sur vos travaux !


    Référence :

    Isolation Part Rénovation complète
    Amélie David

    Amélie David

    Rédactrice web

    Mes sujets de prédilection ? Le chauffage, l'isolation et la ventilation pour être bien chez soi toute l'année !

    Commentaires

    Bonsoir, Membre du conseil syndical de notre copropriété, je souhaite savoir s'il existe une aide (prêt, subvention, ....) concernant la rénovation de notre façade sur rue. Façade en pierre située à moins de 500 m de l'Eglise de Pont-Audemer. Merci de votre information. B. Catteau, 0615524733,

    La Rédaction Habitatpresto

    Bonjour, Pour déterminer si votre copropriété est éligible à des aides à la rénovation énergétique, vous devez vous renseigner auprès de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil et Adil) de votre département, de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) implantée dans votre région ou directement auprès de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Bonne fin de journée. L'équipe Habitatpresto

     

    Confidentialité